Pourquoi un sommet européen informel à Sibiu en Roumanie ?

Pourquoi un sommet européen informel à Sibiu en Roumanie ?
6 images
Pourquoi un sommet européen informel à Sibiu en Roumanie ? - © Tous droits réservés

Le Conseil européen informel réunira les chefs d’État ou de gouvernement de l’Union Européenne à Sibiu, en Roumanie, ce jeudi 9 mai.

Un choix qui peut paraître un peu surprenant. Sibiu est une petite ville inconnue du plus grand nombre. On vous explique pourquoi cette ville fut élue.

La Roumanie est le pays qui exerce actuellement la présidence du Conseil ce qui explique le choix de cette ville. Dans son discours sur l’état de l’Union 2017, le président Juncker avait présenté une feuille de route détaillant les principales étapes vers une « Union plus unie, plus forte et plus démocratique ».

Les responsables nationaux se sont ensuite réunis à Tallinn, en Estonie, et ont adopté un « programme des dirigeants ».

Les dirigeants de l’UE débattront du prochain programme stratégique de l’UE pour la période 2019-2024. Ils procéderont à un échange de vues sur les défis et les priorités de l’UE pour les années à venir.

Le programme s’articule autour de cinq domaines prioritaires.

  • L’emploi, la croissance et la compétitivité
  • Les moyens d’action à donner aux citoyens et la protection de ces derniers
  • Les politiques en matière d’énergie et de climat
  • La liberté, la sécurité et la justice
  • L’UE en tant qu’acteur mondial de premier plan

Sibiu une ancienne colonie saxonne au cœur de la Transylvanie

La ville fut fondée, sur des ruines romaines, par des colons allemands (saxons) immigrés vers la moitié du 12e siècle. Le premier nom de la ville est d’ailleurs « Hermannstadt ». Nom qui serait issu d’un chevalier médiéval, nommé Hermann, qui aurait participé à la fondation de la ville.

Ces colons allemands avaient été invités par le roi hongrois Géza II à venir s’implanter afin de peupler cette région située à l’époque aux confins du royaume hongrois. Leur mission était d’assurer une certaine protection du royaume face aux régulières invasions venant de l’Est (mongoles et turques principalement). L’immigration allemande se poursuivit jusqu’au 18e siècle.
A côté des Saxons vivaient également des Roumains, Hongrois, Tziganes, et des Juifs qui apportèrent chacun leur culture à la ville.

Hermannstadt, qui se trouvait à un carrefour de routes commerciales, se développa rapidement. C’était ainsi la ville la plus importante de Transylvanie.

Rattachée depuis le 1918 à la Roumanie, Sibiu a subi les régimes dictatoriaux des années de plombs durant l’occupation nazie puis communiste et n’a retrouvé la démocratie que depuis 1990.

Aujourd’hui, en particulier après le retour massif des Saxons vers l’Allemagne, la ville est à plus de 90 pour-cent roumaine.

Le président roumain actuel fut bourgmestre de la ville

Sibiu fut sans doute choisie comme ville pour ce sommet car Klaus Iohannis, le président actuel de la Roumanie qui est lui-même d’origine allemande fut bourgmestre de cette ville de 2000 à 2014. Il fut d’ailleurs élu sous l’étiquette du Forum démocratique des Allemands de Roumanie (FGDR).

 

Liens avec la Belgique

La ville de Sibiu est jumelée depuis 1996 avec Malines. En juillet 2009, le roi Albert II et la reine Paola se sont rendus sur place, au troisième et dernier jour de leur visite d’État en Roumanie.

Une ville à visiter sans aucun doute

Peu connue des voyageurs européens, cette ville mérite pourtant le détour à plus d’un titre. Elle fut désignée capitale européenne de la culture de 2007. La ville est mise à l'honneur dans les incontournables de 2019 du site Tripadvisor.

En raison de sa diversité ethnique due à son histoire mouvementée, la ville de Sibiu présente une architecture variée. On y trouve églises, maisons médiévales, bâtiments de style Renaissance, Baroque et Art nouveau.

Bref, il y en a pour tous les goûts et de nombreuses couleurs aux frontons des maisons locales.

Travaux dans la ville de Sibiu, en Roumanie, en vue du Conseil européen informel

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK