Pourquoi les Shebabs somaliens s'en prennent-ils au Kenya?

Au lendemain de la tuerie au Kenya qui a fait 147 morts sur le campus de Garissa, les secouristes et la police nettoient les lieux. Les étudiants rescapés ont été renvoyés chez eux.

L'attaque de jeudi, visant un lieu de savoir et des étudiants non musulmans, est l'attaque la plus meurtrière depuis l'attentat d'Al Qaeda en 1998 contre l'ambassade des États-Unis qui avait fait 213 morts.

Un changement de stratégie? Certainement, pense Philippe Hugon, auteur de Geopolitiques africaines et chercheur à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS) à Paris, qui rappelle aussi que le Kenya a depuis longtemps été à la pointe de la lutte contre cette milice extrémiste somalienne: "Le Kenya agit contre les Shebabs soit par le biais de la force de l'Union africaine, soit par des actions directes, et donc il apparaît comme étant leur ennemi des Shebabs".

La visibilité dans l'horreur

En réponse, les Shebabs ont déjà violemment attaqué le Kenya, "mais là, on a changé de dimension dans l’horreur", selon lui.Les Shebabs en effet ont en effet choisi de s'en prendre à des étudiants, donc au centre du savois.  Ils ont également choisi de faire une discrimination entre les musulmans et les chrétiens.

Pour Philippe Hugon, cela démontre surtout un changement dans leurs actions: "Ils sont beaucoup plus aujourd'hui dans le registre de Boko Haram, ou en partie de Daesh (ou Groupe État islamique, ndlr). Parce que ils ont envie qu'on parle d'eux".

Le spécialiste souligne que cette milice islamiste est affiliée à Al Qaeda,qui est en perte de vitesse par rapport à Daesh, ces derniers mois. "Donc ils ont aussi cette stratégie de l'horreur pour pouvoir avoir une certaine visibilité sur le plan international".

WF, avec F. Nice

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK