Pourquoi Donald Trump déteste-t-il l'accord sur le nucléaire iranien? Tout comprendre en 3 questions

Donald Trump s'exprime sur le nucléaire iranien.
Donald Trump s'exprime sur le nucléaire iranien. - © BRENDAN SMIALOWSKI - AFP

On saura ce soir si Donald Trump retire les États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien. L’avis du président américain sur ce compromis est clair: "c’est un accord désastreux".

En septembre dernier, Donald Trump affirmait à la tribune des Nations-Unies que l’accord avec l’Iran était "Un des plus mauvais et des plus déséquilibrés que les États-Unis aient jamais conclus. (…) une gêne pour les États-Unis. (…) "

En quoi consiste cet accord?

Le compromis fixe une levée des sanctions économiques imposées à l’Iran contre une limitation de son programme nucléaire. L’objectif est d’empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire.

Concrètement, l’Iran s’est engagé à réduire son stock d’uranium, à brider sa production et à ne pas enrichir l’uranium restant à plus de 4%, ce qui permet un usage civil (exemple: production d’énergie) mais pas un usage militaire puisqu’il faut de l’uranium enrichi à 90% pour fabriquer une bombe atomique.

Tout est contrôlé par des inspecteurs internationaux. En contrepartie, l’Iran a pu reprendre la vente de son pétrole. Le pays a aussi récupéré des actifs gelés dans des banques internationales.

Pourquoi Donald Trump pourrait-il dénoncer ce compromis?

L’accord signé en 2015 est limité dans le temps. Il porte sur 10 ans. Le président américain craint que l’Iran joue simplement la montre et reprenne un programme nucléaire à visée militaire en 2025.

D'autre part, l’accord ne dit rien sur le développement balistique, c’est-à-dire sur les missiles iraniens. L’Iran fait évoluer son arsenal de missiles et cela ne plaît pas du tout ; d’autant que le pays joue de son influence hors frontières. L’Iran s’est immiscé militairement en Irak, en Syrie et au Yémen.

Quelles conséquences si Donald Trump sort de l’accord sur le nucléaire ?

Si les États-Unis quittent l’accord et réinstaurent un embargo économique, l’Iran pourrait s’octroyer le droit d’étendre à nouveau son programme nucléaire ; à moins que le compromis soit maintenu avec les autres grandes puissances : France, Royaume-Uni, Allemagne, Chine et Russie.

La communauté internationale craint une escalade. Emmanuel Macron a même prononcé le mot "guerre". La région est déjà très instable. Pour le président français comme pour ses homologues européens, mieux vaut un accord imparfait que pas d'accord du tout. 

Pour en savoir plus, réécoutez "Débats Première": "Nucléaire iranien, à quoi joue Donald Trump?".

Sujet de notre journal télévisé de 19h30

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK