Portugal: des milliers de manifestants à Lisbonne réclament un changement de gouvernement

"Gouvernement dehors ! ", "Non à une politique de droite ! " ou encore "Contre la précarité, pour la défense des salaires ! ", pouvait-on lire sur les pancartes
"Gouvernement dehors ! ", "Non à une politique de droite ! " ou encore "Contre la précarité, pour la défense des salaires ! ", pouvait-on lire sur les pancartes - © PATRICIA DE MELO MOREIRA - AFP

Environ 5000 Portugais ont manifesté mercredi devant le Parlement à Lisbonne pour réclamer la fin de la politique d'austérité et un changement de gouvernement, à deux mois des élections législatives.

"Gouvernement dehors ! ", "Non à une politique de droite ! " ou encore "Contre la précarité, pour la défense des salaires ! ", pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants, réunis à l'appel de la CGTP, principale confédération syndicale du Portugal.

"C'est l'heure de dire 'basta !' à ce gouvernement. Il faut emprunter une autre voie et renégocier la dette afin de dégager des ressources pour le développement du pays", a lancé Armenio Carlos, secrétaire général de la CGTP, proche du Parti communiste.

Au bord du défaut de paiement, le Portugal avait dû solliciter en avril 2011 une aide internationale de 78 milliards d'euros. En contrepartie, le gouvernement de centre droit a mis en oeuvre un sévère programme de rigueur et de réformes.

"Nous en avons assez de cette politique. Nous avons vécu ce que la Grèce vit aujourd'hui. Les salaires sont très bas, et les Portugais sont toujours plus pauvres", déplore Nuno Costa, 49 ans, qui a fait le trajet depuis Viseu, dans le centre du pays.

"Il y en a marre. J'ai 36 ans, j'ai du travail ici, mais une grande partie de ma génération a été obligée d'émigrer, en France, en Suisse, en Allemagne ou en Angleterre", renchérit, un peu plus loin, Carlos Silva, gérant d'une entreprise de transport de fonds.

Les manifestants ont également dénoncé "la privatisation des services publics" et réclamé le retour aux 35 heures hebdomadaires dans la fonction publique, contre 40 heures actuellement.

Aux élections prévues à l'automne, le Premier ministre de centre droit Pedro Passos Coelho, en poste depuis 2011, briguera un second mandat de quatre ans face à son rival de gauche, le secrétaire général du Parti socialiste, Antonio Costa.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK