Pont Morandi à Gênes: chronique d'une catastrophe annoncée

Une partie du pont autoroutier de Gênes s'est écroulée le mardi 14 août, provoquant la mort de 43 personnes. L'ouvrage en béton conçu dans les années 1960 par l'architecte Morandi est truffé de problèmes structurels dès sa construction et fait l'objet de coûteux entretiens selon des experts. Retour sur la chronique d'un drame annoncé.

Mardi 14 août 14h30

Pour les riverains du quartier Certosa à Gènes, l’impensable vient de se produire : une partie de l'impressionnant pont vient de s'écrouler. "C’est une chose irréelle, qu’on ne voit que dans les films. Ouvrir les fenêtres et ne plus voir le paysage comme avant, c’est une chose incroyable", s'exclame Daniela Bordanzi.

Depuis, 300 pompiers se relaient jour et nuit sans savoir exactement combien de personnes se trouvent sous les débris tombés dans le lit de la rivière Polcevera.

Les opérations de secours se déroulent dans des conditions extrêmes, des milliers de tonnes de béton armé doivent être déplacées. Le reste du pont menace à tout moment de s’écrouler, et ce, à 45 mètres au dessus de la tête des secouristes.

Mercredi 15 août: le dur réveil 

Le lendemain de la tragédie est un jour férié, beaucoup sont en vacances mais on ne parle évidemment que du pont dans les rues du quartier. Sur la place , c’est le rendez vous des retraités, chacun y va de son explication. "Allez voir les ponts qui ont été construits il y a deux mille ans, ils sont encore vivants ... Et c’étaient des ignorants, mais maintenant qu’ils sont intelligents, les ponts s’écroulent ... pourquoi?", se demande un riverain.

Tous les habitants empruntaient le pont régulièrement. C’est le soulagement d’être encore vivant qui domine mais beaucoup pensent qu’on ne leur a pas tout dit: "Cela fait deux ans, qu’ils martelaient sur ce pont, jour et nuit, cela veut dire qu’ils savaient des choses, ils devaient le fermer", témoigne un autre Génois. 

Dans la zone rouge, les 650 habitants des immeubles situés sous le pont doivent s’inscrire auprès des pompiers pour aller récupérer des objets de première nécessité. Le comité de quartier récupère les numéros de téléphone, car dans quelques heures les voisins d’une vie seront séparés peut être pour toujours. 

Chacun sauve l’essentiel de sa vie: des instruments de musique, des photos... Si le pont s’écroule entièrement, il ne restera rien du quartier. Ennio Guerci espère quant à lui récupérer des documents dans son habitation, ces papiers racontent la bataille qu’il mène contre le pont depuis des années.

Pont destiné à s'écrouler?

Cela fait longtemps que les habitants s’inquiètent des conditions du pont. Il est très bruyant au passage des camions et la structure en apparence semble avoir mal résisté au temps. 

Enrico D’Agostino , président du comité des citoyens de Certosa, explique : "Vous voyez cet aspect pitoyable, ce câble qui pend. Si on voit les photographies qui circulent ces jours-ci, et bien il y était déjà avant même l’effondrement et donc ça donne une impression que les travaux ont été fait avec les pieds comme on dit ici."

Selon lui, le pont Morandi pourrait aussi être malade de la criminalité mafieuse. Pourtant, aucune enquête pour infiltration mafieuse sur le chantier du pont Morandi n’a jamais été ouverte en cinquante ans. Mais le pont était-il destiné à s’écrouler pour des raisons structurelles? Les alarmes des riverains auraient-elles dues être entendues? Un rapport de 2017 demandé par la société Autostrade au polytechnique de Turin souligne une déformation anormale des haubans attachés à la pile numéro 9 du pont.

Déjà en 2016, l’ingénieur Brencich de l’université de Genes avait écrit un article très critique sur ce pont.

À Gènes, il y aura un avant et un après 14 août 2018. Le pont Morandi fut pendant 51 ans le symbole de la croissance économique de la cité portuaire, une artère vitale pour la fluidité du trafic de cette ville coincée entre mer et montagne.

Il ne restera désormais de lui que le souvenir d’une catastrophe. L’enquête dira si elle pouvait être évitée ou si tout simplement le pont n’était qu’un colosse aux pieds d’argile...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK