Pologne: le maire de Gdansk attaqué au couteau lors d'une collecte de fonds pour une association

Pawel Adamowicz, 53 ans, est le maire de Gdansk depuis 1998
Pawel Adamowicz, 53 ans, est le maire de Gdansk depuis 1998 - © SIMON KRAWCZYK - AFP

Le maire du grand port polonais de Gdansk Pawel Adamowicz a été attaqué dimanche soir par un inconnu qui l'a frappé à plusieurs reprises avec un instrument tranchant, ont rapporté plusieurs médias, citant des témoins.

Le maire a été réanimé sur place avant d'être transporté en ambulance vers un hôpital, selon le site web du quotidien Gazeta Wyborcza.

L'attaque s'est déroulée devant quelques centaines de personnes, sur un podium dressé à l'occasion d'une collecte de fonds pour une organisation finançant l'achat d'équipements médicaux.

On ignore actuellement la gravité des blessures de Pawel Adamowicz, 53 ans, maire de Gdansk depuis 1998. L'agresseur a été rapidement interpellé.

elon une porte-parole de la police de Gdansk, il s'agit d'un habitant de la ville âgé de 27 ans.

Un enregistrement vidéo de l'attaque, publié sur YouTube, montre l'homme faire irruption sur le podium. Après avoir attaqué le maire, il s'est emparé du micro et a affirmé avoir été jeté en prison, alors qu'il était innocent, par le gouvernement centriste précédent de la Plateforme civique (PO), qui l'aurait "torturé". "C'est pourquoi Adamowicz meurt", a-t-il ajouté.

Le président du Conseil européen Donald Tusk, le président Andrzej Duda et le Premier ministre Mateusz Morawiecki ont aussitôt exprimé leur solidarité avec le blessé, et souhaité son rétablissement. "L'attaque contre la vie et la santé du maire de Gdansk doit être fermement condamnée", a déclaré sur Twitter Mateusz Morawiecki. "Malgré les différences d'opinion politique, je suis de façon inconditionnelle avec lui et ses proches, de même que, j'espère, tous nos compatriotes. Je prie pour sa santé et son rétablissement", a twitté quant à lui le président polonais Andzrej Duda.

Le ministre de l'Intérieur Joachim Brudzinski a qualifié l'attaque "d'un acte de barbarie incompréhensible. (...) Toutes les circonstances doivent être éclaircies", a-t-il ajouté.

Selon des témoins cités par plusieurs médias, l'homme a fait irruption sur le podium, se serait emparé du micro et aurait affirmé avoir été jeté en prison par le gouvernement centriste précédent de la Plateforme civique (PO). Ce parti avait appuyé M. Adamowicz lors des municipales d'automne 2018.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK