Pollution dans l'Arctique sibérien : Moscou demande un dédommagement record de 1,8 milliards euros

Cette pollution a suscité une immense marée rouge
Cette pollution a suscité une immense marée rouge - © IRINA YARINSKAYA - AFP

L'agence russe de surveillance de l'environnement a demandé un dédommagement de 147,8 milliards de roubles (1,8 milliard d'euros au taux actuel) au géant minier Norilsk Nickel, impliqué dans une grave pollution aux hydrocarbures en Arctique.

Dans un communiqué, l'agence fédérale Rosprirodnadzor a indiqué avoir envoyé à une filiale de Norilsk Nickel cette demande de "compensation volontaire" équivalente au tiers des profits nets du groupe en 2019.

Lundi soir, l'action de Norilsk Nickel avait chuté de près de 5% à la bourse de Moscou. L'entreprise, contrôlée par l'homme le plus riche de Russie, Vladimir Potanine, est le premier producteur de palladium et de nickel au monde.

Fin mai, 21 tonnes de carburant se sont déversées dans plusieurs cours d'eau après l'affaissement d'un réservoir d'une centrale thermique appartenant à la société NTEK, une entité de Norilsk Nickel.

Marée rouge

Cette pollution a suscité une immense marée rouge, visible depuis l'espace, près de la ville arctique de Norilsk. Elle a nécessité la mise en place de barrages flottants et d'opérations de pompage pour éviter que le carburant n'atteigne des espaces naturels protégés.

Le producteur d'aluminium Rusal, qui possède 28% de Norilsk Nickel, a qualifié lundi le montant de cette amende d'"inattendu" et espéré qu'une réunion d'urgence des dirigeants du groupe permettrait d'évoquer cette demande "sans précèdent".

"Nous sommes sûrs que les actionnaires pourront trouver une solution conjointe à cette situation difficile", a affirmé le service de presse Rusal, contacté par l'AFP.

Le ministre russe de l'Environnement, Dmitri Kobylkine, a estimé dans un communiqué que cette amende reflétait "la dimension sans précèdent" de la catastrophe. Il a comparé cette pollution à l'une des pires marées noires de l'histoire des Etats-Unis, le naufrage du pétrolier Exxon Valdez en 1989, qui, selon le ministre, avait coûte plus de 5 milliards de dollars à l'entreprise Exxon Mobile.

Un porte-parole de Norilsk Nickel a indiqué que l'entreprise n'avait pas encore reçu de demande officielle des autorités russes.

Après l'annonce de la catastrophe, le président russe Vladimir Poutine avait ordonné que l'entreprise prenne en charge tous les frais de nettoyage.

Le président de Norilsk Nickel avait dit être prêt à payer "tout ce qu'il fallait" et estimé les dégâts à 10 milliards de roubles (123 millions d'euros au taux actuel), près de 15 fois moins que la somme demandée désormais par les autorités russes.

Colère de Vladimir Poutine, dans notre JT du 04 juin :

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK