Plusieurs organisations appellent le Bélarus à libérer les défenseurs des droits humains

Vingt-trois ONG, dont Human Rights Watch (HRW), appellent les autorités bélarusses à libérer les défenseurs des droits humains qui sont derrière les barreaux "en raison d'accusations fallacieuses et basées sur des motifs politiques". Ensemble, elles ont lancé la campagne #FreeViasna, du nom de cette organisation de défense des droits humains qui fait l'objet d'une répression sans précédent depuis tout juste un an, indique HRW dans un communiqué publié vendredi.


►►► À lire aussi : En Biélorussie, Alexandre Loukachenko fait fermer des dizaines d’ONG et d’associations


Le gouvernement d'Alexandre Loukachenko a déclaré la guerre à la société civile

Le Centre des droits humains Viasna documente méthodiquement les violations des droits humains au Bélarus depuis près de 25 ans. Au total, sept de ses membres sont incarcérés tandis que des centaines d'autres personnes sont poursuivies judiciairement pour des motifs politiques. 

"Le gouvernement d'Alexandre Loukachenko a déclaré la guerre à la société civile, et réprime impitoyablement toute forme de dissidence", pointe Hugh Williamson, directeur de la division Europe et Asie centrale à Human Rights Watch. "Les principaux acteurs internationaux devraient unir leurs forces pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle des membres de Viasna et des autres activistes emprisonnés, et aussi faire tout leur possible pour aider et protéger la société civile bélarusse."

Les représailles contre Viasna ne représentent qu'une partie d'une répression plus large de la société civile au Bélarus. D'après les organisations, rien que le 22 juillet 2021, le ministère de la Justice a ordonné la fermeture de 53 organisations. "À l'heure actuelle, plus de 200 organisations de la société civile ont été fermées ou sont en passe de l'être", relèvent-elles.

Le gouvernement a aussi contraint des dizaines d'organisations et de médias indépendants à cesser leurs activités. 

"Malgré tout, une chose dont nous pouvons être certains, c'est que ces sept défenseurs des droits humains sont innocents de toutes les accusations, et nous demandons leur libération immédiate et inconditionnelle", concluent ces organisations.

Parlement européen: Svetlanan Tikhavovskaïa reçoit le prix Zakharov (décembre 2020)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK