Plusieurs milliers de manifestants anti-migrants défilent à Varsovie

Manifestation anti-migrants en juillet à Varsovie
Manifestation anti-migrants en juillet à Varsovie - © WOJTEK RADWANSKI - AFP

Plusieurs milliers de manifestants anti-migrants se sont rassemblés samedi à Varsovie, brandissant des banderoles comme "l'islam c'est la mort de l'Europe".

D'autres manifestations du même type, réunissant plusieurs centaines de participants, ont eu lieu à Prague et à Bratislava. Des rassemblements sensiblement moins importants ont été également tenus dans les trois capitales par les partisans de l'accueil des réfugiés, alors que l'Est et l'Ouest de l'Europe s'opposent sur la question.

Varsovie, Prague, Bratislava et Budapest refusent les quotas obligatoires de migrants voulus par l'Allemagne et appuyés par la Commission européenne.

A Varsovie, environ 5000 militants anti-migrants selon une évaluation sur place (10 000 selon les organisateurs) se sont réunis dans le centre-ville. Ils se sont avant tout présentés comme des catholiques opposés à l'arrivée de musulmans et ont commencé leur rassemblement par une prière à la Vierge Marie.

Varsovie a accepté à ce stade d'accueillir 2.000 réfugiés tout en refusant la logique des quotas.

Les partisans de l'accueil de migrants, réunis à proximité de l'Université de Varsovie, étaient environ cinq fois moins nombreux. "Welcome refugees", "La Pologne qui pense", "Demandons-nous +comment aider+ et non +s'il faut aider+", proclamaient leurs banderoles.

La police polonaise s'est refusée à donner une estimation du nombre des participants des deux rassemblements.

A Bratislava, quelque 1.500 personnes ont manifesté en début d'après-midi contre l'accueil des migrants à l'appel du mouvement anti-Islam animé par un militant d'extrême droite, Lukas Kopac, et appuyé par le parti nationaliste "Notre Slovaquie".

Une autre manifestation, baptisée "Appel à l'humanité" et réunissant les sympathisants des réfugiés, a réuni environ 500 personnes dans la capitale slovaque.

A Prague, il y a eu également deux manifestations, celle contre l'accueil des migrants étant visiblement plus importante, avec quelque 800 participants, selon la police.

Environ 200 partisans de l'ouverture des portes aux migrants, réunis à proximité, portaient des panneaux souhaitant la bienvenue aux réfugiés ou déclarant que "la migration n'est pas un crime".

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK