Plus de cent blessés dans des heurts nocturnes à Jérusalem

Des affrontements entre les forces policières israéliennes et des manifestants palestiniens ont fait plus d'une centaine de blessés au cours de la nuit à Jérusalem, ont indiqué vendredi matin des sources médicales et policières.

Le Croissant-Rouge palestinien a fait état d'au moins 105 blessés, dont une vingtaine ont été transférés à l'hôpital, tandis que la police a ajouté avoir recensé 20 blessés dans ses rangs et arrêté 44 personnes lors de ces affrontements, les plus violents de ces dernières années dans la Ville Sainte.

Ces heurts ont éclaté alors que la police israélienne avaient été mobilisée pour encadrer une marche organisée par le mouvement juif d'extrême-droite Lahava, un groupe ouvertement hostile aux Palestiniens, à l'entrée de la Vieille ville de Jérusalem.

Les forces de l'ordre avaient déployé des centaines de policiers et la cavalerie près de la porte de Damas et dans des quartiers avoisinants, afin, selon elles, de protéger "la liberté d'expression" et le "droit de manifester".

Mais cette manifestation du groupe Lahava -dont certains membres ont crié "Mort aux Arabes", selon des témoins- a été perçue comme un geste de provocation et conduit à des affrontements avec des Palestiniens qui revenaient de la prière nocturne du ramadan à l'esplanade des Mosquées.

De jeunes Palestiniens ont organisé une contre-manifestation pour s'opposer à cette marche et des incidents ont éclaté à l'entrée de la Vieille ville, située dans la partie orientale de Jérusalem annexée par l'Etat hébreu, et se sont prolongés dans la nuit.

Un photographe de l'AFP a vu des rues s'embraser aux abords de la Vieille ville tandis que des témoins ont partagé des images d'affrontements musclés sur les réseaux sociaux.

Des incidents avaient déjà éclaté mercredi à Jérusalem. Des vidéos relayées sur les réseaux sociaux et par les médias locaux montraient des employés arabes travaillant dans des commerces du centre-ville de Jérusalem et des journalistes être agressés violemment par des jeunes juifs criant: "Mort aux Arabes".

En réponse, 70 personnes, juifs et arabes, ont été arrêtées mercredi et jeudi, et 64 d'entre elles ont vu leur garde à vue prolongée, selon la police israélienne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK