Crash d'un avion en Iran: les opérations de recherche de l'appareil sont suspendues

La compagnie aérienne iranienne Aseman Airlines est revenue sur le bilan de 66 morts qu'elle avait donné pour le crash, dimanche, d'un de ses avions de ligne dans le sud-ouest de l'Iran, indiquant que l'appareil restait introuvable, selon l'agence de presse iranienne Isna.

"Nous n'avons encore aucun accès au point exact du crash et nous ne pouvons par conséquent pas confirmer de manière précise et définitive la mort de tous les passagers de l'avion", a déclaré Mohammad Tabatabaï, directeur des relations publiques d'Aseman Airlines, cité par Isna. Il avait auparavant déclaré que toutes les 66 personnes à bord étaient mortes.

Une flotte vétuste suite aux sanctions de la communauté internationale

L'avion était un ATR-72. ATR, co-entreprise entre Airbus et Leornardo-Finmeccanica, est le leader mondial des avions à turbo-propulsion de moins de 90 places.

Le dernier accident grave d'un avion civil en Iran remonte à 2014, quand 39 personnes avaient été tuées dans le crash d'un Antonov 140 de la compagnie iranienne Sepahan, peu après son décollage de l'aéroport de Mehrabad, dans le sud de Téhéran. L'avion effectuait une liaison intérieure entre Téhéran et la ville de Tabass (est).

Trois ans plus tôt, en 2011, un avion civil s'était écrasé dans le nord du pays faisant près de 80 morts.

Les sanctions imposées pendant de nombreuses années par les Etats-Unis, l'ONU et les pays européens ont empêché les autorités iraniennes d'acheter des pièces de rechange ou des avions occidentaux pour renouveler la flotte civile du pays, dans un état vétuste.

Recherches suspendues

La télévision d'Etat a annoncé peu après 21H00 locales (17H30 GMT) que les recherches de l'ATR 72 de la compagnie iranienne Aseman Airlines, à environ 500 km au sud de la capitale iranienne, reprendraient lundi dès l'aube si les conditions météorologiques le permettent.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK