Pluies et glissements de terrain au Brésil, plus de 300 morts

La région montagneuse près de Rio de Janeiro a connu "la pire catastrophe de son histoire". C'est le message des autorités brésiliennes.

Les pluies tombées en 48 heures ont provoqué des inondations et des glissements de terrain meurtriers, dans cette région de villégiature située à 100 kilomètres de Rio. Les équipes de secours ont repris leur travail jeudi au lever du jour, interrompu au cours de la nuit.

A Nova Friburgo, à 140 km au nord de Rio, le nombre de morts est passé de 97 à 155. A Teresopolis, une ville de villégiature à 100 km de Rio, il a grimpé de 130 à 146 et dans la ville voisine de Petropolis de 18 à 34, selon la télévision.

Le bilan devrait s'alourdir au fur et à mesure de la découverte de nouveaux cadavres et de la progression des secouristes vers les zones les plus difficiles d'accès.

En 24 heures, il est tombé l'équivalent d'un mois de précipitations. De nombreuses familles ont été ensevelies pendant leur sommeil.

Sur des images de télévision, on peut voir des maisons recouvertes par la boue. Les habitants et des équipes de secours tentent désespérément de retrouver d'éventuels survivants. Des milliers de personnes se retrouvent isolés par les eaux et privées d'électricité et de téléphone.

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, a débloqué par décret plus de 350 millions d'euros pour la reconstruction des zones affectées. Elle devrait survoler la région aujourd'hui afin de mesurer l'ampleur de la catastrophe.

 

Nicolas Willems

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK