Piraterie: l'US Navy libère le capitaine américain

RTBF
RTBF - © RTBF

Considéré comme un héros aux Etats-Unis, le capitaine américain Richard Phillips a été libéré dimanche des mains des pirates somaliens qui le détenaient depuis cinq jours sur un canot de sauvetage, lors d'une opération éclair de l'US Navy dans l'océan Indien.

"A environ 16H19 GMT (18h19 HB), les forces navales américaines ont libéré le capitaine Richard Phillips", a indiqué l'US Navy.

M. Phillips, 53 ans, qui a passé cinq jours sous la menace des mitraillettes de ses ravisseurs, parfois attaché, a été transporté à bord d'un navire de guerre américain, "où il a contacté sa famille et a subi un examen médical de routine", selon la Marine américaine.

"Il se repose confortablement" et est en bonne santé, a précisé la Marine.

La décision de passer à l'action a été prise "en quelques secondes" par un commandant sur le terrain, qui venait d'apprendre que M. Phillips courait un danger imminent, a expliqué le vice-amiral William Gortney, commandant des forces navales.

Elle était conforme à un ordre donné par le président Barack Obama d'agir immédiatement si la vie du capitaine était menacée, a-t-il indiqué.

Postés sur un vaisseau présent sur les lieux, des tireurs d'élite ont ouvert le feu et abattu trois pirates. Le quatrième, "qui s'est rendu, est traité humainement", a ajouté M. Gortney, précisant que la justice américaine étudiait les options pour le poursuivre.

Le Maersk Alabama, un porte-conteneurs de la société Maersk Line, avec à son bord 20 marins américains, avait été attaqué mercredi vers 07h00 HB à quelque 500 kilomètres au large des côtes somaliennes.

L'équipage avait réussi à reprendre le contrôle du navire mercredi soir dans des circonstances confuses, seul le capitaine Phillips restant otage des pirates. Il avait tenté sans succès de s'enfuir à la nage dans la nuit de jeudi à vendredi.

Le capitaine s'était offert comme otage en échange de la liberté de son équipage. Il a de "façon altruiste remis sa vie entre les mains des otages afin de protéger son équipage", a confirmé le vice-amiral Gortney.

M. Obama s'est déclaré "très heureux" de ce dénouement et a appelé à des efforts pour empêcher les actes de piraterie.

Le cargo et le reste de l'équipage étaient pour leur part arrivés samedi au port kényan de Mombasa. Les marins ont célébré bruyamment la libération de leur capitaine sur le pont du bateau, a constaté un correspondant de l'AFP. Ils ont ouvert une bouteille de champagne et brandi un drapeau américain.

Le vice-amiral Gortney a affirmé que les pirates avaient tenté de négocier une rançon.

"Le montant exact, je n'en suis pas sûr, a-t-il dit. Mais je suis sûr que c'était une belle somme. La politique des Etats-Unis est de ne pas négocier".

Le chef des ravisseurs, Abdi Garad, a de son côté indiqué que les pirates avaient "abandonné" l'idée d'une rançon, et qu'ils réclamaient "qu'un bateau grec capturé puisse entrer sur zone pour qu'ils montent à bord".

"Mais les Américains ont refusé", a dit M. Garad, interrogé par téléphone à Eyl, principal repaire des pirates dans le nord-est de la Somalie.

C'est la deuxième fois en moins d'une semaine qu'une marine étrangère intervient pour libérer des otages dans cette région.

Vendredi, l'armée française avait mené une opération pour libérer cinq otages français du voilier Tanit. La libération avait pris un tour dramatique avec la mort d'un otage, père d'un enfant de trois ans également captif, et de deux pirates.

Les activités des pirates somaliens, qui ont atteint des sommets en 2008, connaissent depuis une semaine un regain d'intensité, au nez et à la barbe des puissances navales déployées sur zone.

Un remorqueur italien avec seize personnes à bord (dix Italiens, cinq Roumains et un Croate) a été capturé samedi par des pirates, qui ont aussi saisi depuis une semaine des bateaux britannique, taïwanais, allemand et yéménite.

(Belga)

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK