Philippines : un reporter assassiné près de son domicile

Un journaliste philippin qui avait survécu à une première tentative de meurtre en faisant le mort a été assassiné mardi près de son domicile, ont annoncé les autorités.

Virgilio Maganes, 62 ans, était présentateur sur la radio DWPR dans la province de Pangasinan (nord). Il a été abattu de six balles par des tireurs à moto, a précisé à l’AFP le commandant de police Christian Alucod. Il est décédé sur le coup.

L’Union nationale des journalistes des Philippines (NUJP) a condamné ce meurtre en précisant que M. Maganes était le 18e journaliste assassiné depuis l’arrivée au pouvoir du président Rodrigo Duterte en 2016.

La police a affirmé que le mobile de ce meurtre n’était pas clair.

La NUJP a cependant précisé que M. Maganes avait survécu à une tentative de meurtre en 2016 en faisant le mort après avoir été touché par balle. Un message laissé sur les lieux à l’époque indiquait : "Je suis un drogué. Ne faites pas pareil que moi."


►►► À lire aussi : Condamnation de Khaled Drareni : "Le pouvoir algérien a voulu faire un exemple"


M. Duterte a lancé à son arrivée au pouvoir une "guerre contre la drogue" très controversée, qui s’est traduite par quantité de meurtres extrajudiciaires de personnes faussement accusées d’être impliquées dans le trafic de stupéfiants.

Les Philippines représentent un des pays les plus dangereux pour les journalistes, et la plupart des meurtres ne débouchent pas sur un procès.

L’organisation Reporters sans frontières a placé l’archipel au 136e rang de son classement mondial de la liberté de la presse, qui compte 180 pays.

Manifestation anti-Duterte aux Philippines (archives JT du 26/07/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK