Philippines: situation toujours aussi difficile cinq jours après Haiyan

Un énorme paradoxe dans les images: une armada impressionnante de secours se dirige vers les sinistrés. Des navires, des hôpitaux mobiles, des vivres, des médicaments, des médecins.

Et à côté de cela des habitants qui errent dans les gravats. Des blessés dont les blessures s'infectent, des malades qui dépérissent faute de soins, des enfants sans parents qui mendient un peu de riz. Des bagarres devant les points de distribution ou dans la file pour un avion. Des morts sans sépulture qui rendent l'air difficilement respirable.

Une nouvelle bataille est née : celle de la survie. Une bataille qui exige aussi des morts. Ainsi, le mur d'un entrepôt s'est effondré ce mercredi matin sur des survivants qui pillaient un entrepôt de riz faisant huit morts.

Le bilan du super typhon Haiyan qui a balayé les Philippines ce week-end serait de 2275 morts, selon l'agence nationale d'aide d'urgence.

Cette catastrophe affecte 10 % de la population totale du pays, soit 11 millions d'habitants. C'est dire si la tâche est immense. L'ONU a lancé un appel aux dons de 225 millions d'euros. L'Union européenne a débloqué en tout 13 millions d'euros. Le Pape et la Reine d'Angleterre contribuent aussi.

Mais le mauvais temps retarde ces secours. En outre il s'agira de coordonner toute cette aide. Cela afin que chaque village soit aidé. Ce qui est loin d'être évident.

Les secouristes belges sont sur place

L'équipe de secouristes belges de B-FAST est arrivée dans la nuit dans la zone la plus sinistrée, celle de Tacloban. 40 hommes vont y installer un hôpital de campagne et une station de purification d'eau.

Concernant les Belges présents aux Philippines au moment de la catastrophe, le ministère des affaires étrangères poursuit ses recherches pour tenter d'entrer en contact avec nos ressortissants dont on est toujours sans nouvelles. Avec des nouvelles peu rassurante pour l'un d'entre eux. Un Belge qui selon des témoins aurait été emporté par une forte vague.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK