Philippines: saisie record de 200 tonnes de coquillages géants

Les autorités philippines ont annoncé samedi la saisie record de 200 tonnes de coquillages géants, notamment des bénitiers, des espèces menacées dont la valeur, pour une telle quantité, serait de près de 25 millions de dollars sur le marché noir.

Ces immenses mollusques bivalves, parmi les plus grands du monde, sont recherchées pour remplacer l'ivoire maintenant interdit, et les protecteurs de l'environnement s'alarment de ce braconnage de plus en plus important, et dévastateur pour l'écosystème marin.

En mer, ces coquilles géantes abritent en effet toutes sortes d'algues qui sont une source de nourriture pour une grande quantité de poissons, y compris ceux pêchés par les humains.

Parmi les centaines de coquillages saisis vendredi, dans la province de Palawan, figurent de nombreux tridacnes géants ou bénitiers géants (Tridacna gigas), pouvant atteindre 1,30 m de long et peser jusqu'à 250 kg, qui sont une espèce protégée car en danger d'extinction.

"Un crime intergénérationnel"

"Enlever ces coquillages géants à leur habitat naturel est en quelque sorte un crime intergénérationnel", a déclaré à l'AFP Jovic Fabello, du Conseil de Palawan pour le Développement durable.

"Cela va affecter de façon permanente l'écosystème marin et les générations futures seront privées de ses ressources", a-t-il ajouté.

Quatre suspects ont été arrêtés lors de cette saisie qui dépasse très largement les 80 tonnes de celle du mois dernier dans la même région, qui était une des plus importantes effectuées jusqu'alors.

L'archipel des Palawan est très riche sur le plan de la biodiversité, mais c'est aussi un endroit où se pratique le commerce illégal de pangolins, de tortues marines et d'oiseaux sauvages.

La règlementation philippine du secteur de la pêche interdit de ramasser des coquillages géants, considérées comme une espèce menacée. Les contrevenants encourent des peines pouvant aller jusqu'à huit ans de prison et des amendes s'élevant à 50.000 euros.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK