Pérou : pas de "graves irrégularités" dans l'élection

Le second tour de l'élection présidentielle au Pérou entre Keiko Fujimori et Pedro Castillo a été un "processus électoral positif" dans lequel de "graves irrégularités" n'ont pas été détectées, a déclaré vendredi la mission d'observation électorale de l'Organisation des Etats américains (OEA).

Indices de fraude, selon Keiko Fujimori

"La mission n'a pas détecté d'irrégularités graves", indique le rapport préliminaire du groupe dirigé par l'ex-ministre paraguayen des Affaires étrangères Rubén Ramirez. Mme Fujimori, donnée perdante de quelque 60.000 voix par le dernier décompte de vendredi, avait dénoncé mercredi des "indices de fraude" et réclamé l'invalidation d'environ 200.000 bulletins, issus de 802 bureaux de vote. La mission "a déclaré avoir observé un processus électoral positif, dans lequel des améliorations substantielles ont été enregistrées entre le premier et le deuxième tour", ajoute ce rapport diffusé par M. Ramirez à la télévision péruvienne et publié simultanément sur le site internet de l'organisation continentale siégeant à Washington.

"La mission souligne que les deux candidats ne se sont pas proclamés vainqueurs", ajoute le rapport, publié cinq jours après le vote. La mission de l'OEA a rencontré les deux candidats, le président péruvien par intérim Francisco Sagasti et les dirigeants de l'organe électoral qui organise et comptabilise les votes (ONPE), ainsi que ceux du Jury des élections (JNE), qui statue sur les contestations et proclame le vainqueur.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK