Pérou: opposition à la mine d'or de Conga, trois manifestants tués

Des habitants proches de la mine d'or de Conga
Des habitants proches de la mine d'or de Conga - © ERNESTO BENAVIDES (archives AFP)

Le gouvernement péruvien a décrété mardi l'état d'urgence dans la région de Cajamarca, dans le nord, après que trois personnes eurent été tuées et vingt blessées lors d'affrontements entre forces de sécurité et manifestants hostiles à un projet d'aménagement de la mine d'or de Conga, appartenant à la société américaine Newmont.

C'est ce qu'a annoncé le ministre de la Justice Juan Jimenez.

"L'état d'urgence a été décrété dans les provinces de Celendin, Hualgayoc et Cajamarca", a-t-il indiqué.

Plus de 1.000 personnes, qui manifestaient dans la ville de Celendin, s'en sont prises aux bâtiments municipaux par des jets de pierre, en reprochant au maire de Celendin, Mauro Aertega, d'être favorable au chantier. Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes et des charges pour disperser la foule.

Fin 2011, la province avait été en partie paralysée par une série de manifestations et de blocages de routes contre le projet de Conga, plus gros investissement minier du pays (4,8 milliards de dollars), qui doit voir le jour d'ici 2014. Le gouvernement avait alors déjà décrété l'état urgence.

Les opposants au projet redoutent principalement l'impact de la mine sur les fragiles ressources en eau de la région. Le projet doit sacrifier quatre lacs-réservoirs d'altitude pour les remplacer par des lacs artificiels.

Le projet avait été approuvé par le gouvernement de l'ancien président Alan Garcia en 2010. Son successeur, le président Ollanta Humala, avait également soutenu ce projet tout en insistant sur la préservation de l'environnement.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK