Pérou : le président Martin Vizcarra va être destitué suite à des accusations de pots-de-vin

Le Parlement du Pérou a destitué lundi le président de la République Martin Vizcarra pour "incapacité morale", à l’issue d’une seconde procédure en moins de deux mois, pour des pots-de-vin présumés qu’il aurait reçus en 2014 en tant que gouverneur. La motion pour déposer le chef de l’Etat, populaire parmi la population en raison de son intransigeance contre la corruption, a recueilli davantage de votes que les 87 nécessaires, avec 105 voix pour, 19 contre et 4 abstentions.

"La résolution déclarant la vacance de la présidence de la République a été approuvée", a déclaré à l’issue du vote le président du Parlement, Manuel Merino, qui va désormais prendre les rênes du gouvernement jusqu’à la fin du mandat de M. Vizcarra, le 28 juillet 2021.

Un ex-président populaire

Le désormais ex-président Vizcarra, qui dispose d’un niveau record de popularité après ses 32 mois à la tête du pays, va être immédiatement informé, a confirmé M. Merino. Le président du Parlement prendra la direction du Pérou à l’issue de la prochaine session du parlement, prévue mardi.

Il s’agissait de la seconde tentative de destitution de Martin Vizacarra, après un premier vote le 18 septembre dernier.

Son prédécesseur, Pedro Pablo Kuczynski, n’avait pas pu, lui non plus, aller au bout de son mandat, obligé de démissionner sous la pression du Parlement après avoir été mis en cause dans le scandale Odebrecht, du nom de cette compagnie brésilienne de construction accusée d’avoir versé des pots-de-vin dans différents pays d’Amérique du sud.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK