Pékin compte 100 nouveaux cas de coronavirus, la situation en Chine est-elle inquiétante ?

La Chine est-elle en train de vivre un moment crucial dans l'histoire de l'épidémie? Il est encore un peu tôt pour  le dire, mais certains signes ne trompent pas. L'OMS vient de déclarer que plus de 100 nouveaux cas de Covid-19 ont été recensés à Pékin depuis que la maladie a fait sa réapparition dans la ville .

"La semaine dernière, la Chine a fait état d'un nouveau foyer à Pékin, après plus de 50 jours sans aucun cas dans cette ville. Plus de 100 cas ont maintenant été confirmés. L'origine et l'étendue de l'épidémie font l'objet d'une enquête", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

 

Tous les sites culturels et sportifs de la capitale chinoise vont à nouveau être fermés. C’est la mairie qui vient de l’annoncer. "A la suite d’une soudaine réapparition du virus" a dit un responsable de la ville, Xu Ying.

Et puis il y a ces milliers de Chinois qui font la file à bonne distance pour se faire tester. L’image n’est pas une archive, elle se déroule aujourd’hui à Pékin. Les autorités de la ville ont lancé des mesures gigantesques face aux nouveaux cas de coronavirus détectés ces derniers jours. Entre mesures draconiennes et chiffres, la situation est-elle rassurante ou alarmante ?

Des milliers de tests et des contrôles de températures

Chaque jour, les autorités de la ville de Pékin font le point sur la situation. Voici les informations partagées par le porte-parole, Gao Xiaojun. "Le 14 juin, suivant le principe de tester tous ceux qui devraient l’être et tous ceux qui acceptent, les institutions de test de Pékin ont testé 76.499 personnes et 59 d’entre elles ont été testées positives. Parmi elles, 27 étaient à l’hôpital de Ditan, 21 étaient de nouveaux cas confirmés et 11 cas nécessitaient un diagnostic plus approfondi. "

La mairie de la ville a aussi précisé que les zones résidentielles devront rétablir les contrôles de températures à leurs entrées.

Autre déclaration, celle de Li Junjie, un membre officiel du district de Haidian, un des quartiers de Pékin ou un second marché a été fermé. " Les mesures de prévention et de contrôle ont été renforcées pour tous les lycées, collèges et écoles primaires proches du marché. Les élèves de la première à la cinquième année dans les écoles primaires, de première et deuxième au collège ainsi que dans les écoles secondaires suivront tous des cours en ligne à domicile."

 

Des marchés soupçonnés d’être les nouveaux foyers

On le sait, c’est à nouveau un marché alimentaire qui est soupçonné d’être le foyer de ces nouveaux cas de contaminations. Il ne s’agit pas de n’importe quel marché, c’est celui de Xinfadi, l’un des principaux de la capitale chinoise.

Mais bien au-delà, les autorités ont placé dans l’urgence 11 quartiers proches du marché, en confinement. La aussi les tests se font à grande échelle. Gao Xiaojun précise lors de la même conférence de presse : "Dimanche, un total de 39.491 résidents de 11 communautés proches du marché de Xinfadi devraient être testés. Nous avons recueilli des échantillons de 41.510 personnes et testé 6284 personnes, toutes montrant des résultats négatifs. Un total de 29.386 échantillons de personnes qui avaient été sur le marché au cours des 14 jours précédents a été collecté et parmi eux, 12.973 avaient terminé les tests, tous négatifs. "

Une avalanche de chiffres, des tests massifs qui, ramené à la taille de la population de Pékin, soit environ 22 millions d’habitants, montreraient plutôt une situation prise très au sérieux par les autorités. Mais ces chiffres sont-ils fiables ?

Des chiffres difficilement vérifiables

Nous avons posé la question à un spécialiste de la Chine, Thierry Kellner, qui enseigne la politique étrangère chinoise à l’ULB. "Officiellement, on a annoncé plus d’une trentaine de cas. Donc on peut partir de ces chiffres officiels mais est-ce que ça reflète réellement la situation sur place ? Est-ce que les chiffres que la Chine a donnés depuis le début sont des chiffres fiables ? Énormément de personnes s’interrogent sur la fiabilité des chiffres chinois. Personne n’a réellement la réponse. On a simplement un certain nombre d’indices qui nous laissent penser que les chiffres ont été sous-évalués depuis le début. Mais est-ce que ceux-ci sont exacts ? C’est très difficile à dire, on ne peut pas du tout se prononcer."

Des conséquences financières

On l’a compris, les données chinoises par rapport à la pandémie sont scrutées par le monde entier. Et les suspicions existent. Mais il y a un secteur qui a déjà pris en compte ces nouvelles contaminations. Ce sont les bourses. En Europe, elles ont toutes évoluer en nette baisse à cause d’une inquiétude grandissante face aux nombres de contaminations en Chine mais aussi aux Etats-unis.

Pas tellement à cause du nombre de cas chinois, qui rappelons-le est officiellement de 79 nouvelles contaminations sur 1,3 milliard d'habitants ces quatre derniers jours. Soit moins qu'en Belgique et ces 11 millions d'habitants. Mais parce qu’il n’y avait eu aucun cas recensé à Pékin depuis deux mois. Les autorités étaient convaincues d'avoir vaincu le virus. Et donc cette réapparition, même mesurée, inquiète.

Sujet de notre journal télévisé de ce lundi 15 juin:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK