Peindre les éoliennes en noir pour tuer moins d’oiseaux ?

Paint it black. C’est évidemment le titre d’un tube des Rolling Stones, mais aussi l’intitulé d’une étude publiée par des chercheurs norvégiens sur la mortalité des oiseaux suite à une collision avec des éoliennes. Leur conclusion : peindre partiellement les pales en noir tuerait moins d’oiseaux.

Plus d’éoliennes, plus d’oiseaux morts

Une étude publiée récemment dans la revue Ecology and Evolution avance un constat sans appel : le développement de l’éolien a aussi entraîné une hausse considérable de la mortalité chez les oiseaux. Ils ne peuvent en effet pas facilement voir les pales blanches des éoliennes, surtout lorsqu’elles sont en mouvement. Les risques de collision sont d’autant plus élevés que le parc éolien se développe de manière exponentielle, la crise du changement climatique ayant favorisé l’innovation et le développement des sources d’énergie renouvelables à l’échelle mondiale.


►►► À lire aussi : Grâce à l’éolien, la production d’énergie renouvelable s’est envolée l’an dernier en Belgique


 

Paint it black

Les chercheurs norvégiens de l’Institut norvégien de recherche sur la nature auraient trouvé une solution pour faire baisser le taux de mortalité chez les oiseaux : repeindre partiellement une des pales en noir. L’étude a été réalisée dans un parc éolien situé au nord-ouest de l’île de Smøla, un archipel situé au large des côtes, dans le centre de la Norvège. Au cours de la période 2006-2016, 20, puis 48 turbines ont été concernées par l’étude, qui a recensé le nombre de carcasse d’oiseaux retrouvées au pied des mâts. En août 2013, l’une des trois pales du rotor a été peinte en noir sur quatre des turbines, afin de favoriser le contraste visuel lorsqu’elles sont en mouvement. Et le résultat de l’étude est clair : le taux annuel de mortalité a diminué de 71,9% en moyenne dans les turbines dont les pales sont peintes, par rapport aux turbines voisines. Ce sont les rapaces qui ont le plus profité de cette innovation, plus aucun décès de pygargues à queue blanche, aussi appelé grand aigle de mer, n’ayant par exemple été constaté.

2 images
Beaucoup d’oiseaux meurent des suites de collision avec des éoliennes. Des chercheurs norvégiens auraient trouvé une solution pour faire baisser le taux de mortalité chez les oiseaux : repeindre partiellement une des pales en noir. © Ecology and Evolution

Des éoliennes néfastes pour la faune, un paradoxe

Cette étude pourrait apporter une solution à un problème paradoxal : l’augmentation constante du nombre de parcs éoliens semble nuire à la faune. Les conclusions de l’étude recommandent donc de reproduire cette expérience sur un plus grand nombre d’éoliennes et sur de nouveaux sites afin de généraliser ce type de peinture. Pour Ecology and Evolution, il est essentiel de trouver des solutions comme celle-ci, conciliant la protection des oiseaux et le développement d’un secteur de l’énergie éolienne en pleine croissance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK