Paul De Grauwe: "On a évité le pire, mais le prix est quand même très élevé"

Invité du JT de 13h sur la RTBF, Paul de Grauwe, professeur d'économie à la London School of Economics, s'est étonné des exigences des Européens qui persistent à vouloir imposer l'austérité aux Grecs : "Depuis 5 ans on fait l'austérité en Grèce et il s'est avéré que cela ne marche pas".

Une des raisons, selon lui, est "cette attitude moralisatrice qui existe surtout dans le nord de l'Europe. On veut punir un pays afin de faire en sorte que cela ne se reproduise plus. Je comprends un certain moment que la Grèce a fait des choses qui ne passent pas, mais on a été si loin dans cette volonté de punir que le résultat sera que la Grèce va se maintenir dans la récession pendant de nombreuses années"

Dans le même temps, il précise : "L'accord est positif dans le sens où on a évité le pire. Si on avait pas eu l'accord, cela aurait été l'implosion économique et financière. Donc de ce point de vue-là, c'est positif. Mais le prix est quand même très élevé". Elevé parce qu'"on va vendre les actifs grecs au moment où il y a la récession. Ce qui veut dire que les prix seront très bas et les Grecs seront obligés de transférer le revenu de tout cela vers les créanciers. Donc, il y aura appauvrissement de la Grèce et là je crois que cela ne va pas compenser les autres mesures qu'on a introduit"

Cet appauvrissement, Paul De Grauwe l'avait déjà longuement expliqué dans note émission spéciale :  

Pour le reste, ce spécialiste estime que "les banques devraient ouvrir immédiatement. Mais là, c'est la Banque centrale européenne qui a la position-clé, qui doit décider si oui ou non elle donne des liquidités au système bancaire grec"

Sans cela, la Grèce va continuer à s'enfoncer dans le marasme économique, dit-il. 

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK