Pas de paix au Moyen-Orient sans la résolution du conflit israélo-palestinien selon Moscou

Benjamin Netanyahu a signé mardi à Washington avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords de paix.
Benjamin Netanyahu a signé mardi à Washington avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords de paix. - © SAUL LOEB - AFP

La Russie a estimé jeudi que la résolution du conflit israélo-palestinien demeurait une condition clé pour stabiliser le Moyen-Orient, après des accords historiques signés par Israël avec les Emirats arabes unis et Bahreïn sous l'égide de Washington.

"Prenant note des progrès en cours dans la normalisation des relations entre Israël et plusieurs pays arabes, nous constatons que le problème palestinien conserve toute sa gravité", a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères, dans un communiqué. "Ce serait une erreur de penser qu'il est possible d'atteindre une stabilisation solide du Moyen-Orient sans la résolution (de ce problème, ndlr)", a poursuivi le ministère, appelant les différents acteurs à des "efforts coordonnés" dans ce sens.

"La Russie est prête à ce travail commun" au sein du Quartet - un groupe de médiateurs internationaux composé des États-Unis, de la Russie, de l'Union européenne et des Nations unies - et en coopération avec la Ligue arabe, précise le ministère.

Accords avec les Emirats arabes unis et Bahreïn

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a signé mardi à Washington avec les Emirats arabes unis et Bahreïn des accords qui bousculent les équilibres au Moyen-Orient.

Ces deux pays arabes sont les premiers à reconnaître Israël depuis les traités de paix avec l'Egypte et la Jordanie, en 1979 et 1994. Le président américain Donald Trump a affirmé que des Etats arabes supplémentaires suivraient "très bientôt" cet exemple, évoquant même l'Arabie saoudite "le moment venu".

De son côté, le président palestinien Mahmoud Abbas a soutenu qu'il n'y aura "aucune paix" au Proche-Orient sans la "fin de l'occupation" israélienne des Territoires palestiniens.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK