Pas de militaires en rue: les Londoniens continuent à vivre et démontrent leur fameux "flegme britannique"

Pas de militaires en rue: les Londoniens continuent à vivre et démontrent leur fameux "flegme britannique"
Pas de militaires en rue: les Londoniens continuent à vivre et démontrent leur fameux "flegme britannique" - © Tous droits réservés

C'est Olivier Hanrion, le correspondant de la RTBF, qui le constatait cet après-midi, alors qu'il se trouvait à proximité du Borough market, ce fameux marché ancien de Londres touché par l'attentat samedi soir: "Si vous n'avez pas lu les journaux , allumé la télé ou écouté la radio, il est difficile ici de savoir qu'il y a eu un attentat dans le coeur de Londres hier soir. A part le quartier autour de London Bridge qui est encore bouclé par la police et quelques stations de métro encore fermées, la vie a repris son court. Je me suis promené dans les quartiers les plus touristiques Piccadily, Trafalgar Square ou même Westminster, là où une voiture avait pourtant déjà foncé dans la foule, il y autant de touristes que n'importe quel dimanche après-midi. Quelques policiers en plus, mais rien à voir avec le déploiement de force qu'on a vu à paris ou à Bruxelles. Pas de militaire dans les rues. Les Londoniens n'ont pas arrêté de vivre, ils ont continué à sortir dans les pubs. L'un d'eux me disait: "Bien sûr que je suis triste, mais je ne vais quand même pas rester enfermé chez moi, ce serait une vistoire pour les terroristes".

Une capture d'écran des images de la fuite des Londoniens fait d'ailleurs le tour de la toile; on y voit un homme qui fuit avec calme, prenant surtout garde... à ne pas perdre une goutte de sa bière qu'il tient précieusement à la main!

Sur les réseaux sociaux, d'autres ont voulu exprimer cet esprit "so british" en lançant plusieurs hashtags, qui répondent notamment à des titres de la presse américaine évoquant un pays "assommé" par la récente série d'attaques qui a secoué Londres et Manchester. 

#londonbridgeisnotfallingdown (le pont de Londres ne s'effondre pas) est ainsi un détournement d'une chanson populaire, repris massivement pour exprimer la résistance des britanniques. Un panneau d'affichage du métro, reprend la phrase, accompagnée d'un "You can't break our spirit": "Vous ne pouvez pas briser notre esprit!"

L'humoriste britannique Ricky Gervais rappelle, lui, dans son tweet que "503 tonnes d'explosif et 30 000 bombes incendiaires ont été lâchées sur Londres pendant la guerre. Nous ne sommes pas aux abois. Nous disons juste "allez vous faire f...."".

Et puis il y a le célèbre #keepcalmandcarryon (Reste calme, et continue ton occupation") , slogan lancé par le gouvernement britannique au début de la seconde guerre, mais qui s'est répandu dans des tats d'initiatives marketing ces dernières années tout autour du monde.

Les Londoniens l'utilisent pour répondre au président Trump, qui s'étonne qu'avec 7 morts et 48 blessés, le maire de Londres considère qu'il n'y a pas de raison de s'alarmer:

'Clairement il ne connaît pas les Londoniens", lui répondent-ils en substance...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK