Pape François: quel bilan tirer de cinq ans de pontificat?

Le pape en visite au Chili
Le pape en visite au Chili - © EITAN ABRAMOVICH - AFP

Il y a cinq ans exactement, le cardinal Jose Bergoglio devenait le pape François. Peut-on déjà tirer un premier bilan de ce pontificat, la révolution du pape François a-t-elle vraiment eu lieu?

Lors de son entrée en fonction, le pape argentin a conquis les cœurs. Cinq ans plus tard, la popularité du pape n'a pas faibli. L'une des raisons est sa simplicité, comme le souligne le cardinal Kasper : "Le pape a un langage très simple pour chacun de nous, il n'est pas très sophistiqué !"

L'accueil des plus pauvres, le pardon et la miséricorde : voilà le centre du message papal, notamment lorsqu'il s'agit d'accueillir les migrants. "Notre cœur doit être ouvert à tous, tous et tous sans aucune distinction", a déclaré le pape François.

Au sein du Vatican, le pape a mis le pied sur l'accélérateur des réformes, notamment sur les finances et la transparence. Selon lui la curie romaine doit servir l'Eglise et pas le contraire. C'est plus facile à dire qu'à faire.

Sur le plan de la doctrine, le rôle du pape François a déçu les réformateurs qui s'attendaient à plus d'ouvertures  et il a suscité de la résistance dans le camp des catholiques fondamentalistes, comme le professeur Roberto de Mattei : "Le pape n'est pas la solution  de la crise mais il est un élément, un facteur de crise."

Un "facteur de crise", parce qu'il divise les catholiques. Mais en 5 ans, le pape n'a pas non plus réussi à arrêter l'inertie de l'Eglise notamment sur le dossier des prêtres pédophiles. Par contre il est le champion de la diplomatie et est aussi le pape le plus "connecté" avec 42 millions d'abonnés sur les réseaux sociaux.

Archives: avènement du Pape François à Saint-Pierre de Rome, il y a 5 ans de cela

(Images: Rai) 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK