Panneaux solaires : nouvelle enquête européenne sur des produits chinois

Panneaux solaires : nouvelle enquête européenne sur des produits chinois
Panneaux solaires : nouvelle enquête européenne sur des produits chinois - © ArchivePETER PARKS - BELGAIMAGE

La Commission européenne a indiqué jeudi avoir ouvert fin décembre une enquête anti-dumping concernant des importations de verre solaire chinois, un composant des panneaux solaires.

"Il s'agit d'une enquête anti-dumping sur les importations de verre solaire ouverte à la suite d'affirmations selon lesquelles les prix à l'exportation (de ces produits) ont diminué, absorbant les droits de douane", a expliqué à l'AFP un porte-parole de la Commission, Daniel Rosario, confirmant des informations de presse.

Selon le quotidien français Les Echos, cette enquête a été ouverte le 19 décembre.

Elle fait suite à une plainte du groupement d'entreprises européennes EU ProSun. "Les prix de nos amis chinois sont inférieurs au coût de fabrication, même en incluant les droits de douane", a expliqué à l'AFP le président du groupe EU ProSun, Ulrich Frei, qui qualifie les prix de ces produits de "ridiculement bas".

La démarche vise "à sauver des emplois dans l'UE", a-t-il insisté, rappelant que le chiffre d'affaires du secteur est d'environ 210 millions d'euros et que 1500 emplois sont concernés à l'échelle européenne.

Le porte-parole de la Commission a insisté sur le fait que l'enquête n'avait "aucun lien direct avec l'affaire des panneaux solaires" qui a fait craindre une guerre commerciale entre l'UE et la Chine et s'est conclue en décembre 2013.

L'UE a alors imposé des mesures anti-dumping et anti-subventions, sous forme de taxes, aux entreprises chinoises ayant refusé l'accord à l'amiable trouvé en juillet 2013 entre la Commission et les autorités de Pékin.

L'enquête qui vient d'être ouverte "concerne un produit distinct et porte sur l'analyse des importations à une période différente", a insisté M. Rosario.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK