Paludisme: près d'un tiers des pays affectés en voie d'éliminer la maladie

Un moustique sur une peau humaine
Un moustique sur une peau humaine - © AFP

Près d'un tiers des pays dans lesquels le paludisme est endémique sont en voie d'éliminer cette maladie dans les dix ans à venir, selon un rapport du Partenariat Mondial contre le Paludisme (RBM) publié lundi aux Etats-Unis.

En outre, trois pays ont déjà été certifiées exempts du paludisme par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) au cours des quatre dernières années, précise le document réalisé par l'OMS et présenté à l'ouverture du Forum sur le paludisme tenu par la Fondation Bill et Melinda Gates à Seattle (Etat de Washington, nord-ouest).

Dans un rapport-bilan sur dix ans d'action publié le 12 septembre, le Partenariat RBM (Roll Back Malaria), qui unit les secteurs public et privé, faisait état d'une baisse de 38% des décès durant cette période.

Mais le paludisme est encore endémique dans 108 pays et tue 781.000 personnes par an, surtout des enfants en bas âge en Afrique subsaharienne.

Si les succès remportés contre la maladie ces dix dernières années se poursuivent, plus de trois millions de vies supplémentaires peuvent être sauvées d’ici 2015 avec l'élimination du paludisme dans huit à dix pays de plus, prévoit le Partenariat RBM.

"Des progrès remarquables ont été accomplis dans la lutte contre le paludisme grâce à une amélioration des tests de diagnostic et de la surveillance", souligne le Dr Robert Newman, directeur du Programme mondial de lutte contre le paludisme à l'OMS.

Désormais, "il faut poursuivre la campagne visant à un accès universel aux outils de lutte contre le paludisme, dont les moustiquaires imprégnées d'insecticide, la pulvérisation à effet rémanent à l'intérieur des habitations, les tests de diagnostic et les traitements efficaces", ajoute la Dr Awa Marie Coll-Seck, directrice du Partenariat RBM.

La Fondation Gates organise cette semaine son second Forum sur le paludisme afin de rallier les acteurs concernés et d'examiner les moyens de soutenir les pays dans l'adoption d'outils ayant fait leur preuve.

"Personne ne devrait mourir du paludisme en 2011 vue les stratégies d'intervention efficaces dont nous disposons", fait valoir le Dr Newman.


AFP