Pakistan: le secteur humanitaire paralysé par la peur des enlèvements

Les travailleurs humanitaires sont la cible d'enlèvements fréquents.
Les travailleurs humanitaires sont la cible d'enlèvements fréquents. - © AFP

Un médecin britannique, qui travaillait pour le CICR, le Comité international de la Croix-Rouge, a été retrouvé mort au Pakistan. En janvier dernier, il avait été enlevé par des extrémistes présumés alors qu'il rentrait du travail. Selon la police locale, les talibans pakistanais ont revendiqué le meurtre. Les enlèvements sont de plus en plus fréquents dans le pays.

Le représentant de la Croix-Rouge Internationale à Quetta, dans le sud-ouest du pays, avait été enlevé en janvier dernier. Des hommes armés avaient arrêté son véhicule non loin de son lieu de travail.

Après plus de trois mois et demi de détention, il a été égorgé et abandonné dans un champ. Sur son corps, les enquêteurs ont retrouvé une note affirmant que les talibans avaient exécuté l'humanitaire parce que les pourparlers n'avaient pas abouti.

La Croix-Rouge Internationale a de son côté annoncé qu'elle allait réduire une partie de son programme au Pakistan, sans pour autant cesser d'y travailler.

Dans le pays, au moins cinq expatriés membres d'associations humanitaires sont toujours otages de criminels ou d'islamistes. Certains ont été enlevés à leur domicile. La plupart se trouveraient dans des zones tribales, le long de la frontière afghane. Une région qui échappe au contrôle du gouvernement central.

Les enlèvements sont de plus en plus fréquents au Pakistan, notamment pour financer l'insurrection islamiste. Chaque année, plusieurs centaines de personnes sont ainsi kidnappées puis relâchées après versement d'une rançon. Ou tuées.

PIAB, avec Eric Delavarenne

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK