Ouzbékistan: 70.000 évacuations après la rupture d'un barrage

Sardoba est également connue pour ses ruines.
Sardoba est également connue pour ses ruines. - © DavorLovincic - Getty Images/iStockphoto

Les autorités ouzbèkes ont ouvert une enquête criminelle dimanche après la rupture d'un important barrage qui a provoqué l'évacuation de dizaines de milliers de personnes en Ouzbékistan et au Kazakhstan voisin.

Le barrage de Sardoba, dans l'ouest du pays, a rompu vendredi matin et obligé 70.000 personnes à évacuer leur domicile inondé. Plus de 50 personnes ont été hospitalisées et 600 maisons ont aussi été inondées dans le sud du Kazakhstan, proche du barrage. Le procureur général ouzbek a indiqué dimanche qu'une enquête pénale pour "négligence" et violation des règles de construction avait été ouverte.

Erreurs de gestion

La construction du barrage de Sardoba a commencé en 2010 sous la supervision de l'actuel président Chavkat Mirzioïev, à l'époque Premier ministre. Le barrage a été achevé en 2017.

M. Mirzioïev s'est rendu vendredi dans la région pour superviser les opérations d'évacuation et de nettoyage. Des pluies et de forts vents avaient balayé la région les jours précédents. Les responsables de la région du Turkestan, dans le sud du Kazakhstan, où plus de 5.000 personnes ont été évacuées, ont critiqué samedi l'Ouzbékistan pour n'avoir pas fourni suffisamment d'informations sur la situation.

"Nous avons une copie de notre correspondance avec la partie ouzbèke qui dit que vendredi à 20H00, la situation était stable et qu'il n'y avait pas de problèmes", a déclaré Saken Kalkamanov, gouverneur adjoint du Turkestan. "Ils ont dit que pas une goutte d'eau n'arriverait (...) C'est pourtant ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

Photos de la visite présidentielle:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK