Ouverture des magasins les dimanche et jours fériés: l'Italie veut faire marche arrière

Ouverture des magasins les dimanche et jours fériés: l'Italie veut faire marche arrière
Ouverture des magasins les dimanche et jours fériés: l'Italie veut faire marche arrière - © FILIPPO MONTEFORTE - AFP

Depuis 2011, il n'existe plus en Italie de limite à l'ouverture des magasins le dimanche et les jours fériés. A l'époque, en pleine crise mondiale, le gouvernement de Mario Monti avait pris des mesures pour sauver l'économie italienne au bord du gouffre, et le décret surnommé "Sauvons l'Italie” avait permis l'ouverture illimitée des magasins et des centres commerciaux pour relancer la demande interne.

Sept ans plus tard, les Italiens se sont habitués au fait que le dimanche n'est plus le jour du Seigneur mais plutôt celui du supermarchés. Et selon les associations de commerçants, cette liberté d'ouverture vaudrait 9 milliards d'euros d'entrées supplémentaires par an. Certes ce luxe a un coût social élevé, les vendeuses et les caissières, souvent engagées avec des contrats précaires voient ainsi leur dimanche s'évaporer au travail, de même que les fêtes familiales comme Noël, Pâques et même le 1er mai... la fête du travail.

De quoi réunir les extrêmes, dans ce cas ci, les syndicats et l’Église qui se sont unis, pour la cause, au Mouvement 5 étoiles (M5S). Le parti en a fait un combat moral, et une proposition de loi vient d'être déposée au parlement pour réduire drastiquement les ouvertures du dimanche.

Mais voilà, les commerçants ne sont pas tous d'accord, car avec les ventes sur internet qui par la force des choses est ouvert 7 jours sur 7, la concurrence est déjà féroce. Réponse du gouvernement, acheter en ligne sera toujours possible 24h sur 24h,  mais la commande ne pourra être mise en boite que les jours ouvrable. Maigre consolation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK