Otages espagnols d'Aqmi: la libération n'aurait pas eu lieu

Le quotidien espagnol El Pais, citant des sources gouvernementales, avait annoncé dimanche que les deux humanitaires espagnols Roque Pascual et Albert Vilalta, enlevés le 29 novembre en Mauritanie, avaient été libéré par Aqmi, une information également diffusée par d'autres médias.

Il faut faire preuve de "prudence et de responsabilité" dans cette affaire, a précisé la source gouvernementale, laissant entendre que le processus de libération des deux otages était en cours.

Selon l'édition en ligne d'El Pais, "un avion espagnol est prêt à Madrid à s'envoler vers la zone, mais on ne connaît pas le lieu exact de leur remise" aux autorités espagnoles.

"On ne sait pas avec certitude si la remise (des otages) aura lieu à Ouagadougou (Burkina Faso) ou à Tombouctou (Mali). Le médiateur Mustafa Chafi, conseiller du président du Burkina Faso, fait partie du groupe chargé de la remise", selon le quotidien.

Une éventuelle libérations des deux otages interviendrait quelques jours après l'extradition vers le Mali du Mauritanien Omar Sid'Ahmed Ould Hamma, dit "Omar le Sahraoui", condamné pour avoir enlevé les humanitaires espagnols en Mauritanie.

Une autre otage espagnole enlevée en même temps que Pascual et Vilalta, Alicia Gamez, avait été libérée en mars dernier.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK