Orages : après des pluies records dans le Gard, la prudence toujours de mise

De violents orages et des pluies records ont frappé le Gard mardi, où 800 pompiers sont toujours mobilisés, et Météo-France continue à appeler à la prudence dans une large partie sud de la France.

Aucune victime, excepté un "blessé léger" frappé par la foudre, n'a été signalée dans le Gard par les autorités, selon lesquelles il est encore trop tôt pour évaluer les dégâts.

Deux personnes avaient été temporairement portées disparues, à Aigues-Vives et Uchaud, deux localités proches de l'autoroute A9 reliant Nîmes à Montpellier. L'une "a été retrouvée", a précisé la Préfecture en fin d'après-midi, et les recherches et témoignages sur la seconde personne recherchée "conduisent, à ce stade, à écarter l'hypothèse de la disparition".

Après une amélioration, la situation "va à nouveau se dégrader dès cette nuit", a averti la préfecture, en prévenant que les "établissements scolaires publics et privés resteront fermés mercredi". Le Gard et l'Hérault devraient repasser en vigilance orange mercredi à 06H00 du matin.

La vague orageuse qui a touché depuis le début de la journée une grande partie du sud de la France a été particulièrement active dans le Gard, placé en vigilance rouge entre 11h30 et 14h00, et notamment autour de Nîmes, entraînant par exemple la chute partielle de la toiture d'un centre commercial Intermarché.

"Rien ne laissait présager un événement d'une telle ampleur", a expliqué Marc Pontaud, un expert de Météo-France: "244 mm en trois heures à Saint-Dionisy, c'est quelque chose d'exceptionnel", a-t-il insisté, rappelant que le record absolu dans le Gard était jusque-là de 216,4 mm à Saint-Martial le 19 septembre 2020.

"Les départements de l'Hérault et du Gard dans leur partie Cévennes sont confrontés depuis longtemps et régulièrement, de l'ordre de deux fois par an, à des épisodes de pluies intenses", a relativisé de son côté Philippe Albert, responsable à Météo France pour la zone de défense sud.

Pompiers en renfort

Quelque 800 sapeurs-pompiers, dont des renforts venus du Vaucluse et des Bouches-du-Rhône, poursuivaient leurs opérations de mise en sécurité des personnes mardi en fin d'après-midi, alors que Gérald Darmanin était attendu sur place vers 19h30: "Tout mon soutien aux services de l’État mobilisés dans le #Gard pour faire face aux intempéries", a tweeté le ministre de l'Intérieur.

C'est surtout au niveau des transports que les perturbations ont été les plus fortes et les images les plus impressionnantes.

Alors que de nombreuses routes et ponts ont été coupés, l'autoroute A9, axe majeur reliant la vallée du Rhône, la région marseillaise et l'Italie à l'Espagne, a été fermée plusieurs heures. Elle a été rouverte vers 19h00, mais uniquement dans le sens Montpellier-Orange. Sur l'A9, "environ 30 personnes ont été mises en sécurité par des moyens aériens et terrestre", tandis qu'à Aigues-Vives "10 personnes ont été hélitreuillées", ont précisé les pompiers.

La circulation des trains entre Nîmes et Montpellier "reste interrompue jusqu'en début de soirée", a ajouté la préfecture.

"Des dégâts, certainement qu'il y en aura, mais pour l'instant on n'a pas de remontées de dégâts très très importants", avait déclaré à la mi-journée la préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon.

Dans la matinée, les fortes précipitations avaient notamment provoqué la coupure de plusieurs routes départementales, notamment dans le secteur du Vidourle, aux pieds des Cévennes. L'épicentre des intempéries s'était ensuite concentré sur le sud-ouest de Nîmes et sur le secteur nîmois lui-même.

Dans ces zones, la préfecture avait recommandé aux parents de laisser leurs enfants à la cantine à midi et aux salariés de rester dans leur entreprise le temps de laisser passer l'orage, parmi d'autres mesures de prudence.

Dans la matinée, Météo-France avait placé six départements en vigilance orange. Ils étaient passés à douze en fin d'après-midi.

"Un autre phénomène est en train de démarrer en Midi-Pyrénées, où une centaine de millimètres en trois heures sont attendus", a averti Marc Pontaud, selon qui des précipitations vont à nouveau concerner le Languedoc en deuxième partie de nuit: "A priori, on exclut un scénario du pire pour le moment", a-t-il cependant rassuré.

Sur le même sujet...

JT du 02/09/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK