ONU: Elio Di Rupo demande une attention accrue pour l'Est du Congo

Elio Di Rupo a pris place pour la première fois à la célèbre tribune. Plus tôt dans la soirée, Robert Mugabe, du Zimbabwe, ou encore Evo Morales, de Bolivie, avaient pu s'exprimer devant l'assemblée.

Le Premier ministre a présenté la liste des priorités de la Belgique sur la scène internationale. "La situation dans l'Est de la RDC, la recrudescence de la violence ces derniers mois et la rébellion du M23, sont une grande préoccupation pour le gouvernement belge, en particulier en raison de l'impact grave sur les populations locales", a dit Elio Di Rupo, évoquant les massacres, les viols, les pillages... "Tout cela est totalement insupportable."

Résoudre l'instabilité dans les Grands Lacs

La Belgique demande depuis longtemps que l'attention pour l'Est du Congo ne soit pas relâchée et Elio Di Rupo a réitéré ce message. Les pays de la région doivent intensifier leurs efforts pour mettre fin à la rébellion, tandis que dans le même temps il faut résoudre les causes profondes de l'instabilité dans les Grands Lacs, a-t-il indiqué.

Elio Di Rupo s'est aussi adressé directement au Congo et au Rwanda, bien que ce dernier pays n'ait pas été directement nommément cité. "L'intégrité territoriale de la RDC doit être respectée. Tout soutien extérieur aux mutins doit cesser." L'ONU, l'UE et le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, avaient déjà précédemment déclaré que le Rwanda soutenait activement les rebelles du M23 dans l'Est du Congo. "Personne n'est dupe de ce qui se produit sur le terrain", a dit Elio Di Rupo. Le Premier ministre a "encouragé" le Congo à mettre en œuvre les réformes nécessaires dans l'armée et la police afin de rétablir l'Etat de droit sur l'ensemble du territoire, dont l'Est du Congo.

"Nous ne pouvons pas consciemment laisser la souffrance humaine perdurer"

Jeudi matin, un sommet sur la situation en Afrique centrale doit se tenir à New York. Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, y sera présent, tout comme Joseph Kabila et Paul Kagame, les présidents de la RDC et du Rwanda. Elio Di Rupo espère qu'"une relation directe" entre Joseph Kabila et Paul Kagame pourra s'établir. La Belgique est prête à travailler activement à une solution au conflit, a-t-il insisté.

Le Premier ministre a aussi abordé le conflit syrien. "Je le dis avec humilité aux responsables des pays membres du Conseil de sécurité: nous ne pouvons pas consciemment laisser la souffrance humaine perdurer", a-t-il lancé. Elio Di Rupo dit faire confiance et soutenir le représentant spécial de l'ONU Lakhdar Brahimi et demande que la communauté internationale fasse un effort humanitaire.

Il a plaidé pour que l'on trouve des solutions pour permettre au personnel médical de faire son travail, en particulier dans les hôpitaux syriens. "Je pense que tant les autorités chinoises et que les autorités russes peuvent nous rejoindre sur cet objectif", a-t-il ajouté. Prochainement, Didier Reynders s'entretiendra à ce sujet avec son homologue russe, Sergueï Lavrov, une réunion prévue mercredi soir entre les deux ministres n'ayant pu avoir lieu.

Belgique, terre de respect des droits humains

Elio Di Rupo a par ailleurs indiqué devant l'Assemblée générale que la Belgique était l'un des pays qui était le plus avancé en matière de garantie de l'Etat de droit et de respect des droits humains. Il a fait référence aux lois anti-discrimination qui existent dans notre pays et des droits égaux pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres.

Durant son discours d'une vingtaine de minutes, le Premier ministre a aussi abordé le film anti-islam 'Innocence of Muslims'. "La Belgique condamne l'islamophobie. Et elle condamne tout aussi fermement la violence qui est dans tous les cas inacceptables. Les êtres humains doivent à la fois être libres de leurs pensées et capables de s'indigner sans jamais pour autant recourir à la violence", a-t-il exposé.

Enfin, renvoyant à l'attaque contre l'ambassade américaine de Benghazi, en Libye, Elio Di Rupo a souligné que les missions diplomatiques "doivent être inviolables partout dans le monde".

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK