OGM: l'UE bloque toujours sur les autorisations de culture

Un champ de colza en Allemagne
Un champ de colza en Allemagne - © EPA

Sept pays européens, dont la Belgique, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, ont bloqué vendredi une proposition soumise par la présidence danoise des Vingt-Sept sur la question sensible de l'autorisation de culture des OGM sur le continent.

"Je remercie les vingt pays qui ont soutenu cette proposition, mais une minorité de blocage a empêché un accord politique aujourd'hui", a déploré la ministre danoise de l'Environnement Mia Auken à l'issue d'un débat avec ses homologues de l'Union européenne à Bruxelles.

"Nous allons tenter de dégager un consensus pour le mois de juin, mais je ne promets rien", a-t-elle ajouté. La jeune ministre danoise a tout fait pour tenter de fléchir les opposants, les exhortant à "ne pas faire obstacle" à la volonté de leurs partenaires d'aller de l'avant.

Le compromis à l'étude doit permettre aux Etats qui le souhaitent d'interdire la culture sur l'ensemble ou sur des parties de leur territoire de produits OGM autorisés par l'UE. Il prévoit aussi que si un pays veut obtenir par dérogation le droit d'interdire la culture d'un OGM, il doit tenter de trouver un accord avec l'entreprise qui demande l'autorisation de faire cultiver l'OGM pour qu'elle renonce à le cultiver sur son territoire.

Mais la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la Belgique, l'Irlande, la Slovaquie et la Bulgarie sont restés inflexibles vendredi.

Cette proposition "ne résout ni le problème du manque de crédibilité du processus d'évaluation des problèmes posés par les OGM, ni les interrogations sur les risques de contentieux devant l'Organisation mondiale du commerce", ont soutenu ses opposants.

Le processus d'autorisation des OGM est actuellement dans l'impasse, car aucune majorité n'a pu être trouvée entre les 27 Etats.

Belga
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK