Offensive turque en Syrie: plus de 300 arrestations pour "propagande"

Les autorités turques ont arrêté plus de 300 personnes soupçonnées d'avoir fait de la "propagande terroriste" sur les réseaux sociaux contre l'offensive que mène Ankara contre une milice kurde dans le nord-ouest de la Syrie.

Depuis le 20 janvier, "311 individus ayant fait de la propagande terroriste sur les réseaux sociaux en lien avec l'opération à Afrine ont été placés en garde à vue", a indiqué lundi le ministère de l'Intérieur dans un communiqué.

Le ministère turc de l'Intérieur n'a pas fourni de précisions sur les interpellations, mais les autorités ont effectué plusieurs arrestations la semaine dernière à travers le pays, notamment à Istanbul et dans le sud-est à majorité kurde de la Turquie.

Les civils payent le prix fort

Par ailleurs, les frappes aériennes se sont intensifiées lundi à la frontière entre la Turquie et l'enclave kurde d'Afrine, dans le nord syrien, où les civils payent le prix fort d'une offensive que le président turc s'est dit déterminé à poursuivre.

La Turquie mène depuis le 20 janvier une offensive dans la région d'Afrine contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), considérée comme "terroriste" par Ankara, mais précieux allié de Washington dans la lutte contre les jihadistes.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les forces turques et les rebelles syriens alliés ont pris le contrôle de huit localités le long de la frontière, depuis le début de l'opération.

Au moins 14 personnes, dont cinq enfants, ont péri dimanche dans les frappes aériennes turques qui visent toute la région, a précisé l'OSDH, portant à 55 le bilan des civils tués depuis le début de l'offensive.

Des soldats turcs et des alliés syriens tentant de prendre à des kurdes le contrôle du mont Bursayah, au Nord-ouest de la Syrie:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK