Océan Indien: puissant séisme et alerte au tsunami

RTBF
RTBF - © RTBF

Un puissant séisme de magnitude 7,5 a secoué samedi à 19h26 GMT (21h26 HB) les îles Nicobar, au large des côtes indonésiennes, et une alerte au tsunami menaçant l'Inde a été émise, ont annoncé les autorités américaines.

Initialement le centre américain de surveillance des tsunamis du Pacifique, avait indiqué que l'alerte au tsunami concernait plusieurs zones de l'océan Indien et que l'Inde, l'Indonésie, le Sri Lanka, la Birmanie, la Thaïlande, la Malaisie étaient menacés.

L'organisme américain, dont le siège est à Hawaï, a revu ses estimations à la baisse samedi en précisant que seule l'Inde était concernée par l'alerte au tsunami.

En outre, le séisme initialement estimé à une magnitude de 7,7 a ultérieurement été évalué à 7,5 par l'Institut de géophysique américain (USGS).

L'épicentre de la secousse se trouve à une profondeur de 35 km, à 157 km au sud-ouest des îles indiennes de Nicobar et à 445 km au nord-ouest de Banda Aceh, en Indonésie, indique l'USGS.

Selon le dernier bulletin d'alerte émis, "des tremblements de terre de cette ampleur ont le potentiel de générer un tsunami destructeur localement et parfois régionalement le long des côtes situées habituellement à moins de 1.000 kilomètres de l'épicentre".

"Toutefois, il n'est pas avéré qu'un tsunami ait été déclenché", avertit le bulletin avant de préciser que le déclenchement de l'alerte n'est fondé que sur "une évaluation du séisme".

De son côté, le centre indien des tsunamis a mis en garde contre un violent séisme au fond de l'Océan indien mais indiqué que cette secousse ne produirait pas une élévation du niveau des mers supérieure à 50 centimères dans les îles les plus proches de l'épicentre, ajoutant qu'il n'y avait là "rien d'alarmant".

"Nous avons émis une alerte d'observation de tsunami concernant dix à quinze îles où on s'attend à une élévation du niveau de l'eau susceptible d'atteindre 50 centimètres dans les prochaines 30 ou 60 minutes" a indiqué à l'AFP Sriniwas Kumar, porte-parole du Centre national indien pour les services d'information océanique.

"Il n'y a là rien d'alarmant, juste un appel à la vigilance" a-t-il ajouté au téléphone à partir du centre basé à Hyderabad.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK