Océan Indien : nouvelle attaque des pirates, un cargo singapourien capturé

Des pirates somaliens ont capturé jeudi matin un cargo porte-conteneurs singapourien dans l'océan Indien, au nord de l'archipel des Seychelles, confirmant la reprise récente des attaques dans une zone pourtant très éloignée des côtes somaliennes.

Le porte-conteneurs Kota Wajar, battant pavillon de Singapour, a été intercepté à environ 300 milles nautiques (540 km) au nord des Seychelles, a indiqué le QG de l'opération européenne anti-piraterie Atalante.

"Dès les premières indications de l'attaque, un avion d'Atalante s'est rendu sur place pour suivre la situation", selon un communiqué de l'opération.

Venu de Singapour, le navire faisait route vers le port kényan de Mombasa (sud-est) avec 21 membres d'équipage, a indiqué à l'AFP le représentant kényan du Programme d'assistance aux marins, Andrew Mwangura, basé à Mombasa (sud-est du Kenya).

Selon M. Mwangura et une source maritime dans la zone, l'incident a eu lieu à environ 180 milles nautiques (324 km) au nord/nord-ouest des Seychelles, soit à l'intérieur de la Zone économique exclusive (ZEE, 360 km des côtes) seychelloise.

L'abordage s'est déroulé précisément vers 02H30 GMT à la position 1.33 degrés sud de latitude et 54.52 est de longitude. Selon cette source maritime, le Kota Wajar n'a pas suivi un avis de sécurité d'Atalante qui demandait mercredi d'éviter "dans la mesure du possible" de rentrer dans la partie nord de la ZEE seychelloise.

"C'est presque un blocus des Seychelles, ceux qui sortent ou rentrent subissent des attaques", s'est-on alarmé de même source.

L'avion de patrouille d'Atalante a également "signalé plusieurs fois aux bateaux naviguant dans la zone la présence d'un bateau mère de pirates et de deux skiff à 385 milles nautiques (690 km) au nord de Mahé et 475 milles" (855 km) des côtes somaliennes, toujours d'après cette source.

C'est dans cette zone que deux thoniers français avaient été attaqués samedi dernier par des pirates présumés. L'attaque avait été repoussée par des tirs de militaires français présents à bord pour protéger le navire.

Une embarcation rapide et un bateau-mère d'au total 11 Somaliens avaient été interceptés par un navire des garde-côtes seychellois mais relâchés le lendemain "faute de preuve", selon les Seychelles.

Quatre jours plus tard, une nouvelle attaque contre deux autres thoniers français avait été repoussée par les fusiliers marins.

Ces incidents répétés depuis une semaine sont localisés entre 300 et 500 km au nord des Seychelles. L'endroit est éloigné de près d'un millier de kilomètres des côtes somaliennes, démontrant le rayon d'action toujours plus grand des pirates.

Ceux-ci semblent avoir délaissé le golfe d'Aden, l'une des routes maritimes les plus fréquentées au monde et maintenant sécurisée par des navires de guerre. Ils orientent leurs attaques plus à l'est dans le vaste océan Indien, à la faveur de la fin de la mousson et du retour à une mer calme.

Les pirates somaliens détiennent six navires étrangers et plus de 110 marins, selon l'ONG Ecoterra International, qui suit ces questions dans la région. 174 navires ont été pris d'assaut depuis début 2009, dont 49 capturés, selon la même source.

Un thonier géant espagnol, l'Alakrana et ses 36 marins ont été capturés le 2 octobre entre la Somalie et les Seychelles. Les pirates veulent quatre millions de dollars et la libération de deux des leurs arrêtés par la marine espagnole, pour les relâcher.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK