Obama: que les Britanniques décident s'ils veulent ou non rester dans l'Europe

Obama: que les Britanniques décident s'ils veulent ou non rester dans l'Europe
Obama: que les Britanniques décident s'ils veulent ou non rester dans l'Europe - © AFP PHOTO/JIM WATSON

Le président américain Barack Obama a apporté lundi un soutien remarqué à David Cameron sur l'idée de renégocier les conditions de l'appartenance du Royaume-Uni à l'Union européenne, alors que le Premier ministre britannique est sous forte pression parlementaire.

"A mon avis, l'idée de base de David est logique: dans une relation très importante, on doit d'abord voir si l'on peut réparer ce qui ne fonctionne pas avant d'envisager une rupture", a déclaré M. Obama au cours d'une conférence de presse commune avec son hôte à la Maison Blanche.

Le président américain a toutefois précisé que "c'est aux Britanniques de prendre des décisions les concernant".

Il a aussi noté que "la participation (du pays) à l'Union européenne constituait une expression de son influence et de son rôle dans le monde, et évidemment d'une relation économique très importante".

La visite de M. Cameron à Washington intervient à l'orée d'une semaine qui s'annonce mouvementée pour lui sur le plan politique intérieur: un vote symbolique doit en effet être organisé au Parlement au sujet de l'Union européenne, et une centaine de députés conservateurs eurosceptiques, soit le tiers des effectifs du parti de M. Cameron, pourraient le défier.

En question, l'absence, dans le programme législatif du gouvernement présenté le 8 mai, de projet de loi scellant l'organisation d'un référendum sur le maintien ou la sortie du pays de l'UE. M. Cameron a promis une telle consultation à l'horizon 2017, s'il est encore au pouvoir. D'ici là, il souhaite renégocier les conditions d'appartenance du Royaume-Uni à l'Union avant les élections de 2015.

Selon un sondage YouGov publié le 8 mai, 46% des Britanniques veulent une sortie de l'UE, contre 35% qui souhaitent y rester.

 


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK