Obama promet d'abroger la loi sur les gays dans l'armée

"Je vais mettre fin à (la loi) 'Ne rien demander, ne rien dire', c'est mon engagement envers vous", a déclaré M. Obama dans un discours prononcé lors d'un dîner rassemblant 3 000 militants de la cause homosexuelle.

Il n'a toutefois donné aucun délai pour l'abrogation de cette loi de 1993, qui interdit aux militaires gays et lesbiennes de révéler leur orientation sexuelle sous peine d'exclusion de l'armée.

Plus de 12 000 militaires américains ont été renvoyés en application de cette loi depuis qu'elle est en vigueur.

Le président Obama a étendu certains avantages fédéraux des salariés de la fonction publique à leur partenaire de même sexe, mais il reste soumis aux pressions des défenseurs de la cause homosexuelle pour abroger la loi sur l'armée, un sujet ultra-sensible aux Etats-Unis.

Joe Solmonese, président de la Campagne pour les droits de l'Homme (HRC), principale organisation de défense des droits des lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT) du pays et organisatrice du dîner de samedi, a souligné "la grande impatience" des militants, appelés à défiler dimanche à Washington

lors d'une Marche nationale pour l'égalité.

"Nous ne devrions toutefois pas confondre le travail et les progrès effectués ces dix derniers mois avec les reports, les prétextes et parfois la rhétorique haineuse des dix dernières années", a nuancé M. Solmonese, critiquant le prédécesseur de M. Obama, George W. Bush.

"En dépit des progrès réels effectués, il y a encore des lois à changer et des coeurs à ouvrir", a lui-même admis samedi M. Obama, estimant "douloureux et déchirants" les préjugés dont continuent à souffrir les homosexuels.

"Cette histoire, ce combat continue. Et je suis ici avec un message simple: je suis avec vous dans ce combat", a assuré le président Obama sous les acclamations.

Le conseiller américain à la sécurité nationale, le général en retraite James Jones, avait assuré début octobre que M. Obama abrogerait cette loi "en temps voulu".

(Belga)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK