Nucléaire: selon l'Iran l'Occident cherche à le "tromper"

RTBF
RTBF - © RTBF

Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a accusé samedi l'Occident de vouloir "tromper" l'Iran, dans une déclaration remettant en cause le projet d'accord sur l'enrichissement par un pays tiers de l'uranium iranien.

L'idée d'un tel accord avait pourtant été présentée dans un premier temps le 30 septembre par le président iranien Mahmoud Ahmadinejad lui-même.

"Les Occidentaux cherchent à nous embarquer dans une direction pour (nous) tromper et nous imposer des choses", a déclaré M. Larijani, en affirmant qu'en vertu des règles de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), les Occidentaux doivent fournir à l'Iran le combustible pour le réacteur de recherche de Téhéran sans contrepartie.

"Ils affirment qu'ils nous donneront le combustible avec un niveau d'enrichissement à 20% à condition que nous leur donnions notre uranium enrichi (à 3,5%), nous ne voyons aucun lien entre ces deux choses", a ajouté cet ex-négociateur en chef iranien pour les questions nucléaires.

"Dans l'affaire nucléaire, les Occidentaux ne doivent pas chercher à (nous) tromper, car nous avons un réacteur de recherche et selon les règles de l'AIEA, ils doivent nous fournir le combustible", a-t-il déclaré.

Selon Isna, M. Larijani a également affirmé que les Occidentaux voulaient mettre la main sur l'uranium enrichi iranien.

"Mon sentiment est que, derrière le rideau, les Américains ont des accords avec certains pays pour pouvoir, sous prétexte de nous fournir le combustible pour le réacteur de Téhéran, nous enlever notre uranium (faiblement) enrichi", a-t-il ajouté.

"Peut-être qu'ils imaginent qu'ils peuvent ainsi nous enlever des mains notre uranium enrichi", a-t-il ajouté.

Après deux jours et demi de négociations à Vienne entre l'Iran, la Russie, les Etats-Unis et la France, le chef de l'AIEA, Mohamed ElBaradei a présenté mercredi un "projet d'accord" sur l'enrichissement de l'uranium iranien.

Selon des diplomates occidentaux, les modalités techniques du projet d'accord prévoient que l'Iran livre d'ici la fin 2009 1.200 des 1.500 kg d'uranium iranien enrichi à moins de 5% pour le faire enrichir à 19,75% en Russie et de sous-traiter ensuite cet uranium à la France pour en faire des "coeurs nucléaires" pour le réacteur de recherche de Téhéran.

Moscou, Paris et Washington ont approuvé vendredi ce projet d'accord mais le représentant de l'Iran auprès de l'AIEA, Ali Asghar Soltanieh, a indiqué que Téhéran examinait les modalités du projet d'accord et donnerait sa réponse d'ici à quelques jours.

Le 30 septembre, à la veille des négociations de Genève avec le groupe des Six, M. Ahmadinejad avait lui-même affirmé que l'Iran était favorable à un tel accord.

"Nous avons besoin d'uranium enrichi à 19,75%. Nous l'avons dit, et nous proposons de l'acheter à quiconque est prêt à nous le vendre. Nous sommes prêts à fournir de l'uranium enrichi à 3,5% et ils pourront l'enrichir davantage et nous le livrer à 19,75%", avait-il dit.

Un tel accord est considéré comme crucial pour apaiser les tensions sur le programme nucléaire iranien, purement civil d'après le régime islamique mais que les pays occidentaux suspectent de viser la fabrication d'une bombe atomique.

(AFP)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK