Nucléaire: l'Iran et les Etats-Unis se joignent aux négociations de Genève

Zarif et Kerry "rejoindront dimanche et lundi les négociateurs pour poursuivre les discussions" qui débutent vendredi au niveau des adjoints, a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araghchi, cité par l'agence officielle Irna.

"A l'issue de ces quatre jours de discussions bilatérales entre les délégations nucléaires iranienne et américaine, celles-ci pourraient continuer avec la participation de tous les membres du groupe 5+1", a ajouté Abbas Araghchi.

Il faisait référence aux six pays (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne) qui négocient un accord garantissant la nature uniquement civile et pacifique du programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions qui asphyxient l'économie de ce pays.

Le vice-ministre doit rencontrer vendredi et samedi la numéro 3 du département d'Etat américain, Wendy Sherman, pour cette nouvelle séance de négociations.

Les discussions américano-iraniennes, qui forment le socle des pourparlers entre les grandes puissances et l'Iran, auront lieu également sous l'égide de la diplomatie européenne et de sa chef adjointe Helga Schmid, avait indiqué mercredi la diplomatie américaine.

Mohammad Javad Zarif, qui chapeaute les négociations du côté iranien, s'est entretenu de multiples fois avec John Kerry, les dernières fois à Davos (Suisse) et à Munich (Allemagne) en janvier et février en marge de réunions internationales.

En novembre, après un premier accord intérimaire conclu un an plus tôt sur le nucléaire, l'Iran et le groupe 5+1 s'étaient entendus pour parvenir d'abord à un accord politique avant le 31 mars et ensuite en finaliser les détails techniques pour un accord global avant le 1er juillet.

Mais début février, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, s'est montré hostile à ce calendrier, demandant un accord "en une seule étape (qui comprendrait) le cadre général et les détails".


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK