Nucléaire iranien : Moscou salue une "contribution positive"

Le porte-parole du ministre des Affaires Etrangères iranien pendant une conférence de presse à Teheran le 22 février 2021.
Le porte-parole du ministre des Affaires Etrangères iranien pendant une conférence de presse à Teheran le 22 février 2021. - © ATTA KENARE - AFP

La Russie s’est réjouie des pourparlers entre l’Iran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui ont trouvé une entente temporaire pendant que des discussions s’engagent pour sauver l’accord nucléaire de 2015.

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a indiqué que "l’AIEA et l’Iran ont apporté une contribution positive à la mise en place des conditions pour le début d’une conversation de fond" entre les parties sur "le retour de Washington" dans l’accord.

Dimanche, à l’issue de la visite du président de l’AIEA à Téhéran, l’Iran et l’Agence ont annoncé un accord "temporaire" pour maintenir une surveillance des activités nucléaires iraniennes, bien que réduite, le temps que des pourparlers s’engagent entre les parties de l’accord international.

Téhéran estime que ces discussions ont produit un "résultat significatif" à la veille de l’entrée en vigueur d’une mesure visant à limiter les capacités d’inspection de ses activités nucléaires, face au maintien des sanctions américaines.

Le Plan d’action global commun (PAGC), signé en 2015 par l’Iran, la Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l’Allemagne est à risque, à cause du retrait des Etats-Unis voulu par Donald Trump en 2018, suivi de sanctions économiques. En riposte, Téhéran s’est affranchi de la plupart de ses engagements et a menacé de limiter les inspections internationales de sites sensibles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK