Nucléaire iranien: les discussions "se rapprochent" d'un accord

Les négociateurs qui tentent de ressusciter l'accord sur le nucléaire iranien "se rapprochent" mais des points d'achoppement demeurent, constatent plusieurs diplomates à l'issue d'un nouveau round de discussions dimanche à Vienne, au lendemain de l'élection de l'ultra-conservateur Ebrahim Raïssi à la présidentielle en Iran.

La Grande-Bretagne, la Chine, l'Allemagne, la France, la Russie et l'Iran ont entamé en avril ces réunions sous l'égide de l'Union européenne, avec une participation indirecte des Etats-Unis, pour tenter de ressusciter l'accord de 2015.

"Nous sommes proches d'un accord mais nous n'y sommes pas encore", a déclaré Enrique Mora, le diplomate de l'UE. Il n'a pas précisé quand les discussions reprendraient, notant que le principal problème était toujours de trouver une solution "dans cet équilibre délicat" entre la levée des sanctions américaines sur l'Iran et l'arrêt à la reprise des activités nucléaires de Téhéran.

Selon lui, le prochain round de discussions permettra de donner "une idée plus claire" du "nouvel environnement politique" de l'Iran. Le négociateur en chef de l'Iran, le vice-ministre des Affaires étrangères Abbas Araghchi, a fait savoir à la fin de la réunion que "certaines questions clés restent à résoudre". "Nous sommes proches de la fin mais, comme je l'ai déjà dit, il reste du chemin à parcourir et ce ne sera pas facile", a-t-il déclaré à la télévision nationale iranienne, tout en s'affichant "plein d'espoir".

Dans un communiqué, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France ont indiqué qu'il restait à "résoudre les questions les plus difficiles".

Archives JT 09/05/2018: Les Etats-Unis se retirent de l'accord nucléaire iranien

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK