Nucléaire iranien: l'accord soumis au Congrès US, qui a 60 jours pour voter

John Kerry, l'un des artisans de cet accord.
John Kerry, l'un des artisans de cet accord. - © CARL-OS BARRIA - AFP

Le département d'Etat a officiellement transféré dimanche au Congrès américain le texte complexe de l'accord sur le nucléaire iranien, sur lequel les deux chambres devraient voter sous 60 jours.

Le Congrès, dont la majorité républicaine est hostile à l'accord décroché avec Téhéran la semaine passée, pourra adopter soit une improbable résolution d'approbation symbolique, soit une résolution de désapprobation de l'accord. Celle-ci empêcherait la suspension des sanctions américaines contre Téhéran, promise par Washington en contrepartie des concessions iraniennes.

"Le décompte de cette période de 60 jours va commencer demain, lundi 20 juillet", a précisé le porte-parole du département d'Etat John Kirby, ce qui devrait en théorie donner aux élus jusqu'au 17 septembre pour voter, à la Chambre des représentants et au Sénat.

L'accord a été conclu mardi à Vienne entre Téhéran et les grandes puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne).

Il vise à rendre quasiment impossible la possibilité pour l'Iran de fabriquer une bombe atomique, tout en lui assurant le droit de développer une filière nucléaire civile. En échange, la République islamique bénéficiera d'une levée progressive des sanctions internationales.

Outre les critiques venant du Congrès, cet accord est vu avec inquiétude par des alliés de Washington au Moyen-Orient, en particulier Israël, qui redoutent une influence accrue de Téhéran dans la région ou que la République islamique ne parvienne malgré tout à développer l'arme atomique.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK