Nouvelle-Zélande: les autorités répandent un virus pour décimer les lapins nuisibles

Les lapins posent pas mal de soucis aux agriculteurs néo-zélandais...
Les lapins posent pas mal de soucis aux agriculteurs néo-zélandais... - © RADEK MICA - AFP

Le ministère néo-zélandais de l'Agriculture a annoncé le déploiement à travers le pays d'une nouvelle souche du virus de la maladie hémorragique virale du lapin. Il s'agit du RHDV1-K5, provenant de Corée.

Les lapins, qui ont été introduits dans l'archipel au début du 19ème siècle, causent beaucoup de soucis aux agriculteurs du pays. Selon la BBC, ils "entrent en concurrence avec le bétail pour le pâturage et causent aussi des dégâts en creusant des terriers."

Selon le ministère de l'Agriculture, les pertes de production imputées aux lapins s'élèvent à 50 millions de dollars néo-zélandais (soit un peu plus de 29,5 millions d'euros), à quoi il faut ajouter 25 millions (environ 14,8 millions d'euros) pour la lutte contre les lapins.

La population divisée

Si la Fédération des fermiers néo-zélandais (FF) se réjouit de cette décision, la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) aurait préféré une autre solution au problème.

Andrew Simpson, porte-parole de la FF, explique à la BBC que certains agriculteurs sont désespérés : "Si une autre année s'écoule sans le virus, les dégâts écologiques causés à certaines propriétés seraient effrayants."

Pour Arnja Dale, de la SPCA, cette décision est décevante, vu "les souffrances que le virus causera aux lapins touchés et le risque potentiel pour les lapins de compagnie. Nous préconisons l'utilisation de méthodes plus humaines."

La SPCA pointe également du doigt le vaccin conçu pour protéger les lapins domestiques et dont l'efficacité n'aurait pas été suffisamment prouvée. Or, pour le ministère de l'Agriculture, la souche RHDV1-K5 a été déployée en Australie en 2017 et aucun lapin domestique n'a été touché par la souche virale. 

Vidéo de présentation du projet (en anglais)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK