Nouvelle-Zélande: le cargo échoué en situation de plus en plus précaire

Le cargo Rena, le 12 octobre 2011 dans la baie de Plenty, en Nouvelle-Zélande
Le cargo Rena, le 12 octobre 2011 dans la baie de Plenty, en Nouvelle-Zélande - © Blair Harkness (archives AFP)

La situation du cargo échoué début octobre au large de la Nouvelle-Zélande se dégrade de jour en jour et les secours se préparaient "au pire" mercredi alors qu'une nouvelle tempête malmenait le navire qui menace de se briser.

Le Rena, un porte-conteneurs échoué sur un récif le 5 octobre à 22 km au large de Tauranga (nord), a toutefois été quasiment vidé de son carburant, ses cuves ne contenant plus que 300 tonnes de fioul contre 1673 au moment de l'accident.

Après la fuite de 350 tonnes dans les eaux claires de la baie de Plenty, un écrin sauvage abritant dauphins et baleines, les hommes se sont succédés jour et nuit à bord du navire pour vider ses cuves.

Mais les coups de vent ont retardé les opérations et le Rena, dont la coque présente d'importantes fissures, menace de se briser et de déverser dans la mer de nouvelles nappes.

"La situation est de plus en plus précaire, nous nous préparons au pire", a ainsi prévenu Bruce Anderson, du Service maritime néo-zélandais (MNZ). A l'approche d'une tempête, les équipes ont dû être évacuées du Rena mais des capteurs ont été installés sur sa coque pour l'"écouter" à distance.

Quelque 1300 oiseaux ont péri dans la mélasse toxique déversée sur les plages de la baie. Le cargo, qui bat pavillon libérien, a par ailleurs perdu 90 conteneurs sur 1300, dont 50 n'ont toujours pas été récupérés.

AFP
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK