Nouvelle flambée de violence à Jérusalem-Est

Le calme est revenu sur l'esplanade des Mosquées, lieu saint de l'islam, où des affrontements avaient opposé auparavant la police à des manifestants palestiniens scandant des slogans islamistes.

Mais des incidents se poursuivaient dans les ruelles du quartier musulman de la Vieille ville, selon un photographe de l'AFP.

Cinq policiers ont été hospitalisés et une dizaine d'autres, légèrement touchés, ont été soignés sur place, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la police.

D'autres affrontements sporadiques ont été signalés dans le quartier de Ras el-Amoud, dans le secteur oriental à majorité arabe de la Ville sainte annexé en 1967.

Par ailleurs, une trentaine de manifestants palestiniens ont été légèrement blessés, dont dix par des tirs de balles en caoutchouc et une quinzaine incommodés par des gaz lacrymogènes, a-t-on appris auprès des hôpitaux de Jérusalem-Est.

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Abou Roudeina, a aussitôt condamné "l'escalade de la violence israélienne à Jérusalem et ailleurs en Cisjordanie qui vise à saboter les efforts américains de relance (du processus de paix)".

Les premiers incidents ont éclaté sur l'esplanade des Mosquées à la suite d'une manifestation de musulmans, ponctuée de jets de pierres, après la prière du vendredi.

"Nos forces sont intervenues sur l'esplanade après des volées de pierres en direction de fidèles juifs priant au Mur des Lamentations", en contrebas de l'esplanade, a précisé le porte-parole de la police de Jérusalem Shmulik Ben Rubi. La police a fait usage de grenades lacrymogènes et assourdissantes.

A la suite des jets de pierres, la police a évacué les fidèles juifs du Mur des Lamentations, haut lieu sacré du judaïsme.

La police israélienne a quitté l'esplanade des Mosquées en début d'après-midi après des discussions avec l'Office des biens musulmans, le Waqf, qui a la garde de l'esplanade.

Des incidents s'étaient déjà produits sur l'esplanade dimanche après que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu eut décidé d'ajouter deux lieux saint de Cisjordanie, le Caveau des Patriarches à Hébron et le Tombeau de Rachel, à Bethléem, à la liste des sites historiques d'Israël.

L'esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'islam, après La Mecque et Médine. Les juifs l'appellent le Mont du Temple, qui est considéré comme le site le plus sacré du judaïsme.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK