Norvège: nettoyer le plastique qui pollue les côtes, un travail sans fin

Les plastiques sont présents partout dans notre environnement. Aucune côte, désormais, n’est préservée. Les enfants d’une école norvégienne de Byrknes, près de Bergen en ont fait l’amer constat. Invités à nettoyer une plage avec les gérants d’un club de plongée, ils ont récolté des tonnes de plastiques issus essentiellement de la pêche et de l’aquaculture.

Au départ, c’est une excursion au grand air plutôt agréable. Mais très vite, les enfants se rendent compte qu’ils ne sont pas là pour chômer. Vaillamment, Ils récoltent de pleines brassées de plastique. L’enthousiasme fait bientôt place à la consternation. "Chaque fois que nous venons ici, nous en trouvons des tonnes. Je crois que 80% de ces plastiques proviennent de l'industrie de la pêche", explique Monika, qui nettoie cette région depuis 15 ans. Au bout de la journée des sacs plein de déchets sont récoltés: ces enfants de 5 et 6 ème primaire ont fait leur job.


>>> À lire aussi: Premiers résultats encourageants pour The Ocean Cleanup, qui nettoie le continent de plastique dans le Pacifique


Une goutte d'eau dans l'océan

Mais cette collecte ressemble à une goutte d'eau dans l'océan. En réalité, seuls 5% des déchets plastiques échouent sur les plages, le reste se retrouve dans les fonds marins, désormais semblables à des cimetières

Depuis plusieurs années, un bateau de l'Institut norvégien de recherche marine sillonne la côte norvégienne. Les plongeurs ont répertorié une quantité de déchets plastiques aussi importante que dans le sud de l'Europe, plus densément peuplé.

La faute en incombe à l'industrie de la pêche, selon Bjorn Einar Grosvik, expert à l'Institut de recherche marine, qui appelle à des mesures drastiques: "C'est urgent parce que nous savons que nous jetons dans l'environnement quelque chose qui ne va pas disparaître. Et nous ne savons pas à partir de quand ça va poser des problèmes pour les organismes de notre écosystème. Et alors, ça pourrait être trop tard".

La génération de demain en a déjà pleinement conscience. Et prend le problème à bras le corps.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK