Norvège: le tueur avait tout prévu dans les moindres détails

Dans son "manifeste" de 1500 pages intitulé "A European Declaration of Independence", Anders Behring Breivik, le suspect des attentats de vendredi en Norvège, décrit minutieusement comment il prépare son opération. On y apprend aussi à quel point il craint être découvert, révèle dimanche le site internet du journal norvégien Aftenposten.

Anders Behring Breivik, qui a déclaré à la police avoir agi seul, donne des détails sur la façon d'obtenir gilets par balles, armes à feu et éléments servant à fabriquer des explosifs. Et sur les moyens qu'il trouvés pour cacher tout ce matériel une fois en sa possession. On apprend ainsi qu'il l'a dissimulé dans des caisses qu'il a ensuite enterrées.

Aucun contact avec ses proches

L'homme de 32 ans vivait jusqu'il y a peu chez sa mère à Oslo mais avait emménagé en mai dernier dans un village nommé Asta où il louait une ferme. Cette ferme constituait sa couverture afin d'acquérir les grandes quantités d'engrais industriel qui lui ont servi à fabriquer sa bombe.

Dès son installation à la ferme, il a rompu tout contact avec ses amis restés à Oslo. Il ne voulait pas de visite, de peur que l'on découvre ce qu'il préparait. Breivik essayait de répondre à l'inquiétude de ses proches en leur assurant qu'il était très occupé mais qu'il touchait au but et qu'il pourrait les recevoir très bientôt.

Breivik avait fractionné son projet en plusieurs phases. A chaque étape franchie, il effaçait toute trace informatique de celle-ci. Son "manifeste" laisse aussi entendre qu"il a fait usage, durant les mois précédant les attaques, de stéroïdes anabolisants.

Un texte et une vidéo emplis de haine

Les motivations du tueur se trouvent donc sur internet. L'inculpé a publié un texte de 1500 pages dans lequel il étale son idéologie. Qui se résume à la haine: de l'étranger, de l'islam, de la gauche. Une diatribe délirante, où il parle de croisade, de décimer le marxisme culturel. Son opus, baptisé "déclaration européenne d'indépendance", visait explicitement la jeunesse travailliste. Mais aussi d'autres pays, comme la France, abritant une communauté musulmane nombreuse.

Un autre élément pourrait expliquer le geste du tueur. Une longue vidéo publiée sur YouTube et retirée depuis les attentats, contenant de violentes diatribes contre l'islam, le marxisme et le multiculturalisme, a en effet été attribuée samedi par des médias norvégiens à Anders Behring Breivik.

À la fin de ce document, le suspect apparaît sur trois photos, dont l'une le montre en position de tir avec un fusil d'assaut.

Publiée le jour des attaques, la vidéo décrit l'islam comme "la principale idéologie génocidaire". "Avant de commencer notre Croisade, nous devons faire notre devoir en décimant le marxisme culturel", est-il également écrit.

Anders Behring Breivik a été membre du parti populiste norvégien, le FrP, qu'il avait quitté en 2006. Il voulait être perçu comme le plus grand monstre depuis la deuxième guerre mondiale.

BELGA

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK