Normalisation des relations Turquie-Israël: le blocus maritime de Gaza reste en vigueur

Israël et la Turquie officialisent lundi la normalisation de leurs relations après six années de brouille, un rapprochement salué comme un "pas positif" par les Etats-Unis, alliés des deux pays.

Israël versera 20 millions de dollars (18 millions d'euros) aux familles des dix Turcs tués lors de l'assaut contre le navire Mavi Marmara en 2010 dans le cadre d'un accord de réconciliation qui sera signé mardi, a annoncé le Premier ministre turc Binali Yildirim.

Les deux Etats échangeront aussi "dans les plus brefs délais" des ambassadeurs, a-t-il indiqué lundi devant la presse à Ankara, saluant un "pas important" en vue d'une normalisation après six ans de brouille.

Il a également annoncé que la Turquie allait acheminer vendredi "plus de 10 000 tonnes d'assistance humanitaire" depuis le port turc de Mersin (sud) vers le port israélien d'Ashdod pour les Palestiniens de la bande de Gaza, sous blocus israélien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé de son côté que le blocus maritime que son pays impose depuis 10 ans à la bande de Gaza resterait en vigueur..

"Le deuxième point de l'accord est la poursuite du blocus maritime de sécurité au large de la bande de Gaza", a dit Benjamin Netanyahu. "C'est un intérêt sécuritaire de haute importance pour nous. Je n'étais pas prêt à le renégocier".

Selon la Banque mondiale et l'ONU, le blocus maritime, terrestre et aérien a virtuellement tué toute exportation de Gaza, mené l'économie de la petite enclave coincée entre Egypte, Israël et Méditerranée au bord du gouffre. Il prive également de mouvement la grande majorité des 1,9 million de Palestiniens de Gaza.

Des relations détériorées en 2000

Ankara était un allié régional capital pour Israël jusque dans les années 2000.

Mais leurs relations se sont ensuite progressivement détériorées, avant d'être réduites de manière drastique en 2010 en réaction à l'assaut meurtrier lancé par des commandos israéliens contre le Mavi Marmara, un navire affrété par une ONG humanitaire turque pour tenter de briser le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza. Cette opération s'était soldée par la mort de 10 Turcs.

Israël avait présenté ses excuses en 2013 mais les tensions s'étaient ravivées l'année suivante avec une nouvelle offensive israélienne dans la bande de Gaza.

Afin de rassurer les Palestiniens, le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu dans la nuit avec le chef de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, selon un communiqué de la présidence palestinienne. Recep Tayyip Erdogan a également rencontré vendredi le chef du Hamas, Khaled Mechaal, basé à Doha.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK